J'aime !

J'aime bien m'occuper de ce qui ne me regarde pas. Je peux même dire que j'en ai fait une profession de foi. J'aime bien surveiller qui entre et sort de chez la voisine. J'aime bien reluquer la pendule avec un air inquisiteur lorsque l'infirmière ou l'auxiliaire de vie débarque. J'aime bien entendre le tic tac mécanique du réveil posé bien en vue sur la table qui, tel un métronome calcule le temps passé en soins à la seconde près. J'aime bien rappeler à l'infirmière que la veille, son pansement était mieux fait et qu'elle y avait passé plus de temps. J'aime bien pousser des soupirs et lever les yeux au ciel. J'aime bien dire non, niet, macache,oualou. J'aime prendre mon temps pour ouvrir le portail lorsque l'infirmière arrive, surtout lorsqu'il fait un temps de merde. J'aime bien aller aux toilettes et y rester des plombes quand elle arrive avec son air pressé. J'aime bien lui dire qu'elle a grossi,  qu'elle s'empâte, que sa nouvelle robe la boudine ou que sa nouvelle coupe de cheveux la vieillit. J'aime bien critiquer et surtout médire. J'aime bien descendre l'auxiliaire de vie devant l'infirmière lorsqu'elle est absente et vice versa. J'aime bien faire mon cinéma, jouer et rejouer la scène de la personne âgée abandonnée de tous. J'aime bien la petite larme qui coule au coin de mon oeil lorsque je fais la comédie. J'aime bien feindre, feinter, simuler, tromper. Je crois que j'ai même du talent pour ce genre d'exercice. J'aime bien remuer le couteau dans la plaie, jouer avec les sentiments, abuser de mon grand âge. J'aime bien le mot "rédhibitoire". J'aime bien la négation en général et surtout celle de l'autre en particulier. J'aime bien mon rôle de chieuse, d'emmerdeuse à plein temps. J'aime bien les rituels, les patins pour marcher dans le salon, l'eau à 37°8 degrés précis et pas une dixième de plus ou de moins pour ma douche. J'aime pousser les limites de l'autre à l'extrême. J'aime mettre à l'épreuve sa tolérance et sa gentillesse à mon endroit. J'aime lorsqu'il n'en peut plus et qu'il rend les armes. J'aime bien la tyrannie...

J'aime Pas !

J'aime pas le soleil. J'aime pas la pluie non plus et encore moins la neige. J'aime pas les saisons. J'aime pas les vacances. J'aime pas la rentrée. J'aime pas les gosses qui font du bruit dans les escaliers de l'immeuble. J'aime pas le niard qui braille toutes les nuits à l'étage du dessus. J'aime pas les enfants en général. J'aime pas la fête des voisins. J'aime pas Halloween et ses bonbons. J'aime pas Noël et ses cadeaux.  J'aime pas les mariages, les baptêmes, les flonflons et toutes les cérémonies ou réunions de famille. J'aime pas les fêtes en général. J'aime pas les gens en particulier. J'aime pas lorsque l'infirmière ou l'auxiliaire de vie me regardent et soupirent. J'aime pas lorsqu'elles se rebellent lorsque je suis désagréable. J'aime pas qu'elles me contredisent. J'aime pas lorsqu'elles sont joyeuses et qu'elles paraissent heureuses. J'aime pas le bonheur des autres tout simplement. J'aime pas les sentiments, les trucs qui dégoulinent, la guimauve et les barbapapas. J'aime pas la gentillesse et la sensiblerie. J'aime pas les familiarités, le tutoiement et les marques d'attention. J'aime pas être vieille et malade. J'aime pas ma vie et encore moins celle des autres...

Cette ressemblance à certains de vos patients vous semble-t-elle fortuite ?

La Seringue.