Liberté, Liberté Chérie !

Nous avons toutes embarqué un beau matin sur le paquebot de l'autonomie et de l'indépendance en se disant que le monde nous appartenait et que l'on avait la vie devant soi. Nous avons toutes rêvé nos vies et cru en notre destin grâce aux mouvements de libération de la femme, au contrôle des naissances et à l'accès au monde du travail. Nous avons dû pour cela nous indigner, dénoncer, manifester, apprendre, affronter les orages et combattre pour voir enfin nos vies de mères au foyer se muer en vie de femmes épanouies, responsables et affranchies financièrement de leurs conjoints.

Cependant, face à ces rêves d'émancipation, nous avons aussi toutes eu des désirs de princes charmants, de vie à deux, d'union, de mariage, d'enfants, de baptêmes, d'amour, de projets et de partage en omettant toutefois de nous imaginer un jour, âgées, seules et vivant aux frontières de l'indigence.

Une Vie Ordinaire !

En 2014, le nombre de mariages célébrés en France était estimé à 231 000 pour les personnes de sexe différent et à 10 000 entre personnes du même sexe. A titre de comparaison, dans les années soixante, on frôlait la barre des 400 000 unions par an.

En 2013, pour 100 mariages, 46.2 couples divorçaient, ce qui se traduit par un mariage sur deux qui foire ou à peu près !

Parmi ces femmes divorcées, beaucoup vont vivre et élever seules leurs enfants pendant de longues années. Ce qui sous-entend qu'elles auront plus de difficultés à épargner et à investir dans un projet immobilier.

Les femmes seules sont souvent très exposées à la pauvreté, l'âge de la retraite n'améliorant pas leurs conditions bien au contraire. Les pensions de retraite des femmes sont bien moins élevées que celles des hommes. La raison en est simple, elles ont parfois moins travaillé en terme d'annuités parce qu'elles ont eu des enfants et qu'elles s'en sont occupées. Elles sont aussi très souvent moins bien rémunérées que leurs confrères pour un travail égal. Elles ont parfois sacrifié leur carrière pour leur vie de famille. Ça, c'est de la déduction ! La notion de sacrifice est tout de même bien grande lorsque l'on évoque la gente féminine.

Une Retraite Misérable

En ce qui concerne les professions libérales comme les infirmiers par exemple, sachez qu'il n'y a pas de majorations de pensions ou de bonifications d'annuités dans notre très cher régime de retraite, la bien nommée Carpimko. Ça ne vaut donc pas la peine de pondre des gamins à la pelle et de vous user à la tâche parce qu'au final, les années de cotisations ou les bonifications que l'on alloue  pour bons et loyaux services rendus à la mère Patrie dans les autres régimes de retraite vous passeront sous le nez ! Et comme votre pension mensuelle ne va pas faire exploser votre petit cochon, vous avez des chances, plus que probables, mesdames, de rejoindre les rangs des malheureuses qui, chaque mois, n'arrivent pas à joindre les deux bouts.

Donc, en résumé, il  vous faut prendre un cap et vous y tenir afin d'assurer votre avenir, ce qui évidemment contraint à quelques sacrifices. Voici quelques options à choisir parmi beaucoup d'autres, l'imagination étant le nerf de la guerre en période de survie.

- Vous larguez vos pitchounes chez votre ex qui s'en occupera lui aussi très bien, et ce, pour les vingt prochaines années.

- Vous vous remariez à un homme riche en sachant que vous allez peut-être vivre un deuxième divorce et que ce genre de perle rare ne se rencontre pas tous les jours !

- Spaggiari est votre idole absolue et vous avez étudié les égouts et le plan de la succursale de votre banque de Triffouillis-Les-Oies en détail. Vous êtes prêt pour le casse du 21ème siècle, "ni arme, ni violence" bien évidemment ! Bientôt, vous jouirez d'une retraite dorée aux Caymans, vous vous l'êtes promis ou éventuellement, une fin de vie en détention à la prison de la Santé.

- Vous économisez sou après sou pour vous offrir un camping car aménagé, toutes options, de 1980 qui vous a fait rêvé sur "Le bon coin" et vous en faites votre domicile pour les trente ou quarante prochaines années.

- Vous partez en Inde rejoindre les sadhus pour vivre de prière, d'aumône, de méditation et de yoga jusqu'à la fin de vos jours qui devrait arriver dans pas long, n'est pas sadhu qui veut !

- Vous allez vous faire pendre ailleurs parce que vous ne voyez pas d'issue à ce naufrage.

La Seringue.

http://www.info-retraite.fr/la-retraite-des-auxiliaires-medicaux-liberaux-carpimko

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=16924

http://www.insee.fr/fr/mobile/etudes/document.asp?reg_id=0&ref_id=T15F033

https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/mariages-divorces-pacs/divorces/

http://www.uniondesfamilles.org/retraites-des-femmes.htm