Marisol Wonder Woman !

marisol wonder woman

Après les articles "Qui a creusé le trou de la sécu" et "Qui a creusé le trou de la sécu bis repetita" parus en octobre 2015 sur ce blog, je ne pouvais me priver du plaisir de publier un billet relatif à la disparition quasi complète de ce gouffre financier bassement appelé "trou", digne de la profondeur des fosses de Marianne qui rongeait ce pays.

Notre ministre de la santé nous l'assure d'ailleurs ce matin et tous les journaux s'en font l'écho, "en 2017, le trou de la sécu aura disparu". Alléluiah, notre sainte mère Patrie est sauvée, Super Marisol alias wonder woman a vaincu le mal grâce à ses pouvoirs magiques. La gauche en rêvait, elle l'a fait...

Notre super héroïne, notre génie de la prestidigitation mérite les palmes, les honneurs, les médailles et au moins trois lignes dans le dictionnaire. Elle est digne d'une place au Panthéon, d'une buste en cire au musée Grévin, de tasses, d'assiettes voire même de tout un service à dessert à son effigie même si l'idée nous coupe un peu l'appétit. 

La France se morfondait dans le chaos et le marasme, la population souffrait de dépression chronique depuis la crise de 2008, une femme a redonné espoir à tout un peuple un vendredi 23 septembre, veille de week end. Elle est pas belle la vie en rose. Moi, je dis chapeau bas, l'espoir de revoir l'époque bénie des trente glorieuses n'est pas mort et je ne désespère pas de pouvoir un jour refaire la nouba.

Le trou de la sécu, tout de même, ce n'est pas rien. On en rigolerait presque maintenant que la vague est passée mais on a eu chaud mes amis. Un cratère aussi grand que le PIB de certains pays que l'on dit sous développés, ça fout quand même les jetons. Avoir échappé à ce grand séisme, c'est un peu comme si une vilaine comète avait frôlé notre astre bien aimé. Survivre à une telle catastrophe nous rend tout simplement vivants...

Marisol La Fossoyeuse !

Toutefois, on ne peut que s'interroger sur la véracité d'un tel miracle, et surtout sur les moyens employés pour qu'il soit. Un déficit de 17.4 milliards en 2011, ça ne se comble pas avec deux pelles et trois rateaux tout de même.

Quelques petites pistes pour remplir le trou :

- En 2013, le parisien.fr publiait un article intitulé "Avec la crise, on se soigne moins". Selon le 7e Baromètre de la santé en Europe, réalisé par l'Institut CSA pour Europ Assistance, un français sur trois renonce à se soigner faute d'argent... La France compte 65 millions d'habitants. Plus de 20 millions de personnes qui font l'impasse sur certains soins comme les soins dentaires, ça fait un paquet d'euros à mettre dans le petit cochon de la sécu et ça fleure surtout bon la médecine à deux vitesses.

- La lutte contre les fraudes aux prestations a, quant à elle, permis à la sécurité sociale de récupérer près de 170 millions d'euros en 2012, presque 200 millions d'euros en 2014. En dix ans, la répression a cumulé la somme de 1.4 milliard d'euros en récupération d'indus. Alors là, on dit chapeau, joli score. La fraude, c'est le sujet qui fâche. Le chapitre qui met le français hors de lui, celui-là même qui ne débourse pas un centime pour ses soins puisqu'il bénéficie du tiers payant généralisé. La fraude, c'est le boomerang de la sécu, c'est un strike assuré chaque fois qu'un lièvre est levé, c'est un drone au-dessus de la tête qui comptabilise chaque activité anormale. Sans distinction, la sécu tire à vue sur tout ce qui dépasse, un chiffre d'affaires au dessus des clous et la machine se met en branle broyant tout sur son sillon. Fraudeurs avérés, erreurs involontaires, interprétations des caisses à géométrie variable, tout est mis dans le même panier. La bête récupère son dû et détruit quelques vies au passage, on appelle cela des dommages collatéraux...

- Les économies, ce sont aussi des suppressions de postes ou des non remplacements des personnels en retraite dans les structures hospitalières. En 2010, selon le syndicat national des professionnels infirmiers, l’AP-HP a supprimé 2.000 postes, dont 1.200 emplois de soignants. En 2011, les hôpitaux de Paris ont encore perdu 300 postes d’infirmiers et 150 de cadres infirmiers. L’administration prévoit de supprimer de nouveau 1.350 postes d’infirmiers d’ici 2016. Le gouvernement a demandé aux hôpitaux de réaliser 3 milliards d'euros d'économies en trois ans, de 2015 à 2017. Les groupements hospitaliers de territoire permettront sans doute de faire ces économies en mutualisant les moyens mais surtout en supprimant des emplois. Au total, ce sont 22 000 postes qui devraient disparaître.

Marisol la fossoyeuse remplit son trou avec obstination. Elle est heureuse de nous annoncer que la chienlit dans laquelle nous étions n'est plus qu'un mauvais souvenir mais elle omet de préciser le prix qu'il a fallu payer pour un retour à l'équilibre. Combien de soignants démotivés, usés, débordés, combien de patients qui ont des difficultés à se soigner a-t-il fallu pour atteindre le summum de la satisfaction ? Ce scoop n'annonce, hélas, que la fin d'un système de santé auquel nous étions tous attachés.

Finalement,  j'aime pas les super Zéros...

La Seringue.

 

http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/avec-la-crise-on-se-soigne-moins-15-10-2013-3226363.php

http://www.lesechos.fr/26/10/2015/lesechos.fr/021432406565_sante---un-nouveau-record-de-fraudes-detectees.htm

http://www.syndicat-infirmier.com/APHP-baisse-des-effectifs.html

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/03/29/20002-20160329ARTFIG00349-hopital-la-carte-regionale-des-fermetures-de-lits.php