La Vie d'Idel en mode Bref...

Ce matin, j'avais des pansements à faire. J'avais un numéro de téléphone, une adresse, un nom, le genre de truc précis où tu ne peux pas te planter. La maison se trouvait au n° 1486, cité soleil. Je suis arrivée au n°1484. Après, y'avait plus rien. J'ai refait le tour de la cité pour en avoir le coeur net. J'ai toujours pas trouvé. J'ai appelé la personne. Elle m'a dit que dans son quartier, les numéros ne se suivaient pas. J'ai pensé que chacun avait peut-être choisi le numéro qu'il voulait. J'ai songé alors qu'il  y avait certainement plusieurs n° 1486. J'ai suivi les indications de la dame. Je suis arrivée au n° 1468, c'était juste à côté. J'avais quinze minutes de retard.

Je suis entrée. J'ai dit bonjour, c'est l'infirmière. J'ai vu un enfant d'environ 6 ans décomposé assis sur un canapé. Sa mère m'a dit bonjour et m'a donné l'ordonnance au nom de son fils. J'ai lu l'ordonnance. J'ai regardé le petit garçon. j'ai relu l'ordonnance et j'ai dit let's go. Je me suis approchée du gamin, j'ai pris 120 décibels dans les esgourdes. Je me suis vue dans le miroir du salon. J'ai alors compris pourquoi le gosse avait les jetons. J'ai pensé que deux semaines de taf sans repos, ça laissait des marques indélébiles qui foutent la pétoche aux mômes.

 

 

 

J'ai adopté la tactique "Pierrot Gourmand", ça a marché. J'ai songé aux dentistes qui pourraient me haïr. J'ai dit, je m'en fous, je vois ce charcutier une fois l'an seulement pour un contrôle. J'ai souri et le gamin aussi. J'ai fait le tour du propriétaire, à savoir le môme, qui ressemblait à une momie. Y'avait six pansements à faire. J'ai regardé ma montre, j'ai regardé le petit. Il était 9h47, je me suis dit qu'à midi, on y serait encore. J'ai pensé qu'on allait peut être même déjeuner ensemble. J'ai souri. J'ai ôté chaque sparadrap avec précaution parce qu'ils étaient tous bien collés à la peau.. J'ai compté à peu près 72 fils à ôter d'ici quelques jours. J'ai demandé au petit comment il s'était fait ça. Sa mère m'a répondu qu'il était passé au travers de la verrière du jardin.

J'ai refait tous les pansements. Ça a pris des plombes  Le gosse a pas bronché. Je lui ai dit qu'il était un warrior et je lui ai donné sa sucette. J'ai dit que je revenais dans deux jours et je suis repartie. Je suis retournée à ma voiture, j'ai regardé l'heure, il était 10h36. J'ai relu l'ordonnance, y'avait écrit "pansements multiples". J'ai trouvé que 49 minutes pour faire autant de pansements sur un petit bout de 6 ans, ça tenait de l'exploit. J'ai pris ma calculette. J'ai fait le calcul de ce soin et j'ai pleuré sur ma vie. J'ai pensé que mon compte en banque allait s'alourdir de 11.95 euros et que c'était Byzance. J'ai fait le décompte soit 6.30 euros encaissés pour le premier pansement, 3.15 euros pour le deuxième et 2.50 euros pour le déplacement, les troisième, quatrième, cinquième et sixième pansements étant gratuits. J'ai songé qu'avec 11.95 euros, je pourrais acheter une boîte de sucettes Pierrot Gourmand... J'ai pensé que dans un avenir proche, j'encaisserai 12.60 euros pour ôter 72 fils et là, j'ai buggé !

Bref ! J'ai fait des pansements...

 

Photo "coeur" Banksy, street art, Brooklyn,  New York