Un nouveau Cursus pour les infirmiers !

Les infirmiers qui justifient de trois années d'expérience professionnelle vont pouvoir retourner sur les bancs de l'université. En effet, le décret n° 2018-629 qui définit et réglemente la toute nouvelle profession d'infirmier de pratique avancée (IPA) est paru au Journal Officiel le 18 juillet dernier.

La formation, d'une durée de deux, débutera dès la prochaine rentrée de septembre. Le gouvernement a promis 5000 infirmiers de pratique avancée dans les équipes de soins libérales et hospitalières avant la fin du quinquennat.

La naissance de cette nouvelle spécialisation paraît être une belle ascension pour ces professionnels du soin que sont les infirmiers. Pourtant, il semblerait que, pour de nombreux acteurs de la santé dont des infirmiers, ce texte ne fasse pas l'unanimité dans sa forme actuelle. L'émergence de cette spécialité ferait-elle naître des rivalités, des peurs liées à une quelconque prise de territoire par ces nouveaux venus dans le monde du soin ?  ou peut-on imaginer que le signifiant choisi pour définir ce nouveau métier soit tout simplement inadapté, peu explicite donc source d'incompréhension ?

Projet peu Ambitieux pour les uns et Inquiétude pour les Autres !

De la bouche de Patrick Chamboredon, président de l'Ordre National Infirmier (ONI), la création de ce nouveau métier est "une avancée non négligeable… mais frileuse". Selon lui, "le périmètre dans lequel pourront évoluer les futurs infirmiers en pratique avancée apparaît contraint et, in fine, peu motivant pour les professionnels, d’autant plus que la question de la valorisation des actes reste encore en suspens." Il est vrai, par exemple, que ce texte ne fait aucune mention de consultation infirmière. 

L'ordre des médecins, quant à lui, estime que "C’est le médecin qui doit assurer le leadership diagnostique et thérapeutique", autrement dit, pas touche à notre pré carré...

Pour le syndicat FNI, "les IPA ne constituent pas une avancée vers plus d’autonomie mais un recul vers plus d’encadrement. En effet, les IPA interviendraient sur une patientèle que leur indiquerait le médecin et sous la tutelle de celui-ci. Ainsi il s’agit d’une mesure cosmétique qui est en réalité un recul pour la profession vers moins d’autonomie."

Les syndicats SNIIL et Convergences infirmières ont, quant à eux, dénoncé le manque d'autonomie des futures IPA.

Selon le docteur Michel Varroud-Vial, conseiller médical Soins primaires et Professions libérales à la Direction générale de l’offre de soins, ministère des Solidarités et de la Santé, "les IPA représenteront environ 2 % de la population d’infirmiers. Mais la montée en puissance sera nécessairement progressive : en 2020, on devrait compter entre 500 et 600 IPA, 1 200 l’année suivante et près de 1 900 en 2022, en tenant compte des diplômés des nouveaux masters, mais aussi des infirmiers qui ont validé d’anciens cursus et des infirmiers Asalée pour lesquels nous proposerons des parcours de validation des acquis de l’expérience et des diplômes d’enseignement supérieur obtenus. 1 900, cela peut paraître peu, mais cela permettra de prendre en charge 1 million de patients."

Infirmière de Pratique Avancée au Canada et au Québec  !

Pour encadrer le statut de l'infirmier en pratique avancée, le Canada et le Québec ont défini deux rôles distincts mais néanmoins complémentaires que sont celui d'infirmière clinicienne spécialisée (ICS) et d’infirmière praticienne spécialisée (IPS) qui, bien évidemment, s'accordent également au masculin.

L'infirmière clinicienne spécialisée (ICS) a fait son apparition il y a une quarantaine d'années au Canada. l'ICS est une infirmière autorisée qui détient une maîtrise ou un doctorat en sciences infirmières ainsi que des connaissances avancées et un savoir-faire clinique dans une spécialité ou un domaine infirmier. Les ICS assument le rôle de clinicienne, consultant, enseignant, chercheur et chef de file puisqu'elles font la promotion de leur spécialité et offrent un leadership clinique.

fait la promotion de l’évolution de sa spécialité et offre du leadership clinique à titre d’agent du changement dans sa pratique - See more at: https://www.cna-aiic.ca/fr/pratique-soins-infirmiers/la-pratique-des-soins-infirmiers/pratique-infirmiere-avancee/infirmiere-et-infirmier-clinicien-specialise#sthash.ye7tqFoc.dpuf
fait la promotion de l’évolution de sa spécialité et offre du leadership clinique à titre d’agent du changement dans sa pratique - See more at: https://www.cna-aiic.ca/fr/pratique-soins-infirmiers/la-pratique-des-soins-infirmiers/pratique-infirmiere-avancee/infirmiere-et-infirmier-clinicien-specialise#sthash.ye7tqFoc.dpuf

L'infirmière praticienne spécialisée (IPS) est "une infirmière qui dispense, selon une approche globale et synergique, des soins infirmiers et des soins médicaux répondant aux besoins complexes des patients et de leur famille dans un domaine de spécialité, en tenant compte de leur expérience en matière de santé. Pour ce faire, elle doit posséder l’expertise liée à un domaine clinique spécialisé qui repose à la fois sur une solide expérience dans le domaine et sur une formation de deuxième cycle en sciences infirmières et en sciences médicales."

Les infirmières de pratique avancée sont une partie essentielle du système de santé. Elles détiennent une expertise et, en tant que fournisseurs de soins primaires, sont à l'avant-garde de la prestation de services de soins préventifs au public. Les infirmières de pratique avancée canadiennes et québécoises sont reconnues comme cliniciennes ou praticiennes.

Les Mots de la Reconnaissance !

La reconnaissance d'une profession, l'identité professionnelle passe par des savoirs, des compétences, des tâches spécifiques mais également par le vocabulaire employé pour la nommer et la décrire. Les mots de la langue française, leur usage et ce qu'ils représentent ne sont pas le pur fruit du hasard. Il faut parfois en chercher le sens primitif ou étymologique pour en saisir la véritable portée.

Ainsi, l'étymologie du mot "Praticien" vient du bas latin "practicus qui signifie "personne qui exerce la médecine ou l’une des nombreuses spécialités des soins paramédicaux." le mot "Clinicien" vient de "clinique" issu du latin clinice qui signifie "médecine exercée près du lit du malade." lui même issu du grec Clinicus qui se traduit par "alité, relatif au lit".

Les suffixes en "iste", "er", "eur", "ien" "logue" permettent de nommer des métiers et des spécialités. Ainsi, les suffixes "logue" et "logiste" que l'on retrouve dans de nombreuses professions médicales (cardiologue, gynécologque...) viennent de  "logie", λόγος (logos) qui, en grec ancien signifie "étude". Le suffixe "iste" désigne les personnes adeptes d’une doctrine ou d’un courant (les impressionnistes, les créationnistes…) ou l’agent d’une action (un oculiste, un pianiste…).

La profession d'infirmier ouvre les portes à de multiples formes d'exercice et, par voie de conséquence, de spécialisations. Par exemple, les infirmiers qui ont des affinités avec la pédiatrie peuvent devenir infirmier-puériculteur(trice). Ce terme pour les désigner est une reconnaissance de leur spécialité. Il est complet, entier et chacun sait à quoi il correspond. Il en va de même pour les infirmiers-anesthésistes, les infirmiers-hygiénistes, les infirmiers-psychiatriques ou les infirmiers-urgentistes qui ne sont pas infirmiers de quelque chose...mais ont leur identité propre. Être infirmier de quelque chose sous entend "une appartenance à" et évoque un lien de subordination, le plus souvent  à un lieu (infirmier de bloc, scolaire, ) alors qu'il s'agit d'une spécialisation dans un certain domaine. Aussi, le vocable utilisé pour nommer la spécialité en question devrait-il être vecteur de plus de reconnaissance.

Les termes de "praticien" ou de "clinicien" accolés au mot infirmier semblent donner du poids et remplir la fonction de pleine reconnaissance à cette spécialité de pratique avancée dans les pays anglo-saxons. Par contre, la formule traduite à la française paraît plus réductrice puisqu'elle se contente d'adjoindre le qualificatif  "de pratique avancée" au mot infirmier. Serait-ce l'acte qui fait la fonction ou la fonction qui fait l'acte chez les infirmiers français ?

La distinction entre l'infirmier et l'infirmier de pratique avancée manquerait-elle de précision ? Y aurait-il eu une erreur de signifiant  ? Le qualificatif de "pratique avancée" est-il approprié ? Est-il assez clair et intelligible ? Est-il vecteur de reconnaissance pour cette nouvelle profession en France ?  Cette nouvelle appellation ne va-t-elle pas créer un schisme parmi les infirmiers ? L'adjectif "avancée" ou l'appellation "super infirmière" souvent mentionnée dans les médias ne mettent-ils pas l'infirmier non IPA en situation d'infériorité ?

En quelques mots, qui a eu l'idée de cette appellation de  :poop: pour une spécialisation Bac + 5 qui aurait sans doute mérité mieux et dans la forme et dans le fond ?

Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement - Et les mots pour le dire arrivent aisément (Nicolas Boileau)

 

"Tout est dans le mot… Une idée entière se modifie parce qu’un mot a changé de place ou parce qu’un autre mot s’est assis comme un petit roi dans une phrase qui ne l’attendait pas et lui a obéi… Ils ont l’ombre, la transparence, le poids, les plumes, le poil, ils ont tout ce qui s’est ajouté à eux à force de rouler dans la rivière, de changer de patrie, d’être des racines… Ils sont à la fois très anciens et très nouveaux… " Pablo Néruda.

 

La Seringue.

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D1D63932EAC3D13EDF1B5CBE97F8A1DD.tplgfr24s_3?cidTexte=JORFTEXT000037218444&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000037217981 

https://www.conseil-national.medecin.fr/node/2812

https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2017-2-page-241.htm

https://sofia.medicalistes.fr/spip/spip.php?article596

https://www.afidtn.com/medias/annuaire_bibliographie/950_template.pdf

https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2007-hs-page-15.htm

https://aipsq.com/infirmieres-praticiennes-specialisees/qu-est-ce-qu-une-ips

https://www.cna-aiic.ca/fr/pratique-soins-infirmiers/la-pratique-des-soins-infirmiers/pratique-infirmiere-avancee/infirmiere-et-infirmier-clinicien-specialise

https://www.nursingworld.org/practice-policy/workforce/what-is-nursing/aprn/

https://www.culture-generale.fr/expressions/4348-pourquoi-dit-on-un-cardiologue-et-un-ophtalmologiste

https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2008-2-page-49.htm