Bashing Ta Mère !

Depuis quelques années déjà, le "bashing est devenu tendance. La radio, la télévision, la presse, internet "bash" à tout rompre et font du lynchage une nouvelle forme de sport collectif. Bienvenue dans l'arène, on se la joue à la romaine, "panem et circenses" ou plus simplement dit dans la langue de Molière "du pain et des jeux"...  Ça va "basher" dans les chaumières !

L'Académie française donne la définition suivante du terme "bashing : le mot "Bashing" attesté depuis la première moitié du 18ème siècle en anglais, connaît un engouement récent en français, notamment dans les médias qui n'ont de cesse d'évoquer le "bashing" de telle ou telle personnalité, de telle ou telle chose. En anglais, le mot "bashing" signifie "volée de coups, insulte, attaque verbale". Il est dérivé du verbe "to bash" qui signifie  "frapper, cogner, houspiller". En français, "bashing" peut être traduit par des termes comme "attaque, éreintage, dénigrement, lynchage, persiflage..." ou le mot "acharnement" qui appartient au vocabulaire de la vènerie et dont le premier sens est "action de donner le goût du sang", et qui, dans le dressage des chiens, précédait l'attaque en meute. Ce terme paraît convenir parfaitement pour désigner un ensemble d’attaques venant de toutes parts sans discernement.

Pour François Jost, professeur émérite à la Sorbonne, sémiologue et analyste des médias, le bashing viserait à tuer symboliquement. La parole est libérée et, avec elle, la méchanceté, terreau fertile du "bashing".

Petit Guide Pratique du Nurse Bashing

Pour faire du Nurse bashing de qualité, prenez une infirmière diplômée d'État. Optez pour une femme parce que chacun sait que les filles pleurnichent à la moindre anicroche et ne savent pas se défendre (sic !). Portez votre choix sur l'indépendance et l'isolement dans la pratique de cette activité. L'exercice libéral semble le plus approprié pour des raisons simples et évidentes. Plutôt solitaire dans sa pratique, ce professionnel n'en est que plus vulnérable. Peu enclin à toutes formes de cohésion, absorbé par sa tâche, ce soignant est une victime de prédilection pour une curée en bonne et due forme. Le terme "curée" est ici employé à bon escient puisqu'il s'agit également d'un terme de vènerie. Le bashing peut tout à fait être considéré comme une chasse à l'homme.

Sachez pourtant que le nurse bashing peut prendre du temps. Ne pensez pas avoir un orgasme dès les premières rumeurs, la jouissance est au bout du tunnel certes, mais la distance pour le parcourir est parfois longue et laborieuse.  Ne soyez donc pas pressé, détruire un mythe, ça se mérite ! La vertu, le dévouement, la vocation, l'ange blanc qui a pris soin avec abnégation de milliers de poilus, la nonne emplie de dévotion... Cela ne se dézingue pas avec quelques rumeurs ou faits divers. Vous vous attaquez à du lourd  ! Dites-vous surtout que faire durer le plaisir n'en est que plus jouissif...

Aussi, petit à petit, distillez votre venin et laissez infuser. Faites prendre la mayonnaise. Casser le mythe, ternissez la vertu. Concentrez-vous sur les pommes pourries parce qu'il y en a dans chaque panier. Ne vous préoccupez pas de séparer le bon grain de l'ivraie.  Commencez votre travail de sape. Dénichez la petite écervelée soupçonnée d'une fraude à l'Assurance maladie. Quelques milliers d'euros suffiront pour attirer les convoitises en matière de bashing. Ne mettez aucunement en doute sa culpabilité. Rappelez-vous que tout innocent n'est qu'un coupable qui s'ignore. Allez-y crescendo, faites monter les enchères et parvenez au nirvana avec l'escroc, la resquilleuse de haut vol, l'arnaqueuse à plusieurs centaines de milliers d'euros...Celle qui est capable de vendre sa mère et mettra le feu aux poudres. Celle par qui la suspicion sur toute une profession arrive, celle qui autorisera le patient que vous êtes peut-être à chronométrer le temps passé pour un soin ou à regarder d'un oeil méfiant la nouvelle voiture de cette probable infirmière peu scrupuleuse. Soyez persévérant, ayez du talent. Étalez les chiffres et les statistiques, rajoutez-en des couches et drapez-vous dans votre dignité de citoyen bafoué, trompé, spolié par ces fraudeuses en devenir. Et surtout diffusez, colportez, laissez se propager ce poison qui, au final, tuera toute une profession devenue à la fois peu fiable et peu crédible.

Pourquoi Tant de Haine !

Il serait peut-être judicieux de s'interroger sur les motifs réels d'une telle chasse aux sorcières. Le dénigrement des infirmiers libéraux pourrait avoir comme but ultime la disparition pure et simple de ce mode d'exercice. Discrédités, dépossédés de leurs compétences, la vaccination anti-grippale notamment ou les perfusions qui échoient de plus en plus aux structures d'hospitalisation à domicile, ces professionnels vont peu à peu perdre des patients et finiront par se manger entre eux.

Rappelons que la Cour des Comptes, dans son rapport annuel sur la sécurité sociale de 2015, donnait déjà le ton en réclamant la mise en oeuvre d'un plan d'action pour remédier à l'envolée des dépenses  de soins infirmiers. Explosion des dépenses qui s'explique sans doute par une explosion démographique des infirmiers libéraux de 75 % entre 2000 et 2014. Plus d'installations signifie forcément plus de soins donc une augmentation des coûts. Le vieillissement de la population et le virage ambulatoire sont également une raison à cet envol des dépenses. A noter que le nombre de nouvelles installations progresse toujours en 2018...d'où les craintes de certains de ne plus avoir assez de travail pour vivre. Le même rapport de 2015 proposait également de fixer pour chaque médecin "en fonction des caractéristiques de sa patientèle" un plafond de prescriptions de soins infirmiers et de kinésithérapie. A ce sujet, de nombreux infirmiers libéraux ont vu leur chiffre d'affaires fléchir depuis cette date...

Par ailleurs, l'ex ministre de la santé Marisol Touraine avait promis de créer 1 200 maisons de santé en 2017 alors qu'il n'y en avait que 235 en 2012. La barre des 1 000 a été franchie en 2015. Agnès Buzyn, sa successeure a pour mission de doubler leur nombre en cinq ans. Quant aux structures d'hospitalisation à domicile, leur nombre était de 170 en 2006. Elles étaient 313 à la fin de l'année 2016. La circulaire du 04 décembre 2013 fixe aux directeurs généraux des Agences Régionales de Santé un objectif de doublement de l’activité de l’HAD d’ici à 2018 et un objectif national de 30 à 35 patients en HAD pour 100 000 habitants.

La loi de santé prévoit l'association systématique des établissements d'HAD, quel que soit leur statut (public, privé à but non lucratif, privé commercial), à l'élaboration des projets médicaux partagés des groupements hospitaliers de territoire (article 107/article L. 6132-1 du code de la santé publique). Elle offre également la possibilité pour les  établissements d’HAD de participer au fonctionnement des plates-formes territoriales d’appui (PTA), dispositif à destination des professionnels de santé permettant de les accompagner lorsque ils se trouvent en difficulté dans la gestion d'une situation complexe. Ces cadeaux faits aux HAD ont permis la mise en place d'un nouveau mode de prise en charge appelé MP 29 "sortie précoce de chirurgie" qui vise à faciliter la sortie précoce de MCO vers l'HAD après certaines interventions chirurgicales. Ne vous étonnez donc plus si votre téléphone ne sonne plus...

La boucle est bouclée, le système est semble-t-il verrouillé alors Bashing fatal ou simple paranoïa ?

 

"Ton malheur est mon bonheur: tel est le chiasme sadique de l'agressive et gratuite méchanceté." Jankélévitch

 La Seringue.

http://www.academie-francaise.fr/bashing

http://www.strategies.fr/etudes-tendances/tendances/4006762W/francois-jost-le-bashing-vise-a-tuer-symboliquement-.html

La méchanceté en actes à l'ère numérique, François Jost - ISBN : 978-2-271-09525-1 - Cnrs Éditions

http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2013/12/cir_37726.pdf

http://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/dd23_dix_ans_d_hospitalisation_a_domicile_2006_2016.pdf

http://www.fnehad.fr/wp-content/uploads/2016/10/Rapport-annuel_int-web.pdf

https://www.fnehad.fr/2016/01/19/publication-du-guide-methodologique-had-2016/

https://www.la-croix.com/Actualite/France/La-Cour-des-comptes-sermonne-les-kines-et-les-infirmieres-2015-09-15-1356430