Il n'est plus à prouver que les infirmiers et les infirmiers sont quelquefois des héros, nos héros. Mais encore faut-il qu'on ne les oublie pas. Pour traverser le temps et parvenir jusqu'à nous, les souvenirs se nourrissent  de photos, de lettres, de livres, d'histoires, d'anecdotes, de médailles et parfois de timbres. Petite escapade en numismatique...là où peu de gens voyagent encore !

 Un Cobaye nommé Clara Maass !

Clara Maass (1876-1901) était une infirmière américaine originaire du New Jersey. Diplômée de soins infirmiers de l'hôpital allemand de Newark en 1895, elle est nommée peu de temps après infirmière en chef. Au début de la guerre hispano-américaine en avril 1898, elle se porte volontaire pour servir au sein de l'armée américaine. Elle rejoint ainsi les camps militaires de Floride, de Géorgie et de Cuba. Elle se rend ensuite aux Philippines puis retourne à nouveau à Cuba. Elle acquiert ainsi une grande expérience dans les soins infirmiers aux victimes de la fièvre jaune et intègre la commission de la fière jaune dirigée par les major Walter Reed. La "peste américaine" comme on l'appelle à l'époque fait alors des milliers de victimes aux États-Unis.  Durant son séjour à l'hôpital "Las animas" de La Havane, Clara participe à une expérimentation menée par le major William C. Gorgas et John Guitéras sur la vaccination contre la fièvre jaune. La théorie de l'époque posait comme postulat de départ que, si des soins adéquats étaient donnés rapidement, les patients ne souffriraient que d'une forme légère de fièvre jaune et se rétabliraient, immunisés à jamais par cette pathologie virale. Le 4 mai 1901, Clara Maas accepte d'être piquée plusieurs fois par un moustique Stegomyia fasciata infecté qui deviendra plus tard le très connu Aedes aegypti, principal vecteur de la dengue, du virus Zika, du chikungunya et de la fièvre jaune. Contrairement à toutes attentes, elle contracte une fièvre sévère et meurt dix jours plus tard à l'âge de 25 ans. Elle fut la seule femme et la seule américaine à mourir durant la guerre hispano-américaine de 1898-1901 qui vit l'indépendance de Cuba et la main mise des États-Unis sur d'anciennes colonies espagnoles de la zone Caraïbe et du Pacifique. En 1952, le Newark German Hospital  fut rebaptisé Clara Maass Memorial Hospital. En 1976, un timbre de 13 ¢ à son effigie fut tiré à plus de 130 millions d'exemplaires.

Une militante nommée Cécilia Makiwane !

Cecilia Makiwane est née en 1880 à la Mission MacFarlane à Alice au Cap Oriental en Afrique du Sud. Elle étudie tout d'abord l'enseignement et obtient son certificat.  En 1903, Cécila s'inscrit dans la première école de formation en soins infirmiers pour les personnes de couleur. Elle réussit brillamment ses examens en 1907 et devient officiellement la première infirmière professionnelle noire d'Afrique du Sud le 07 janvier 1908.

En 1912, Makiwane a pris part à ce qui était probablement la première campagne anti-passe féminine. Le pass en Afrique du Sud était une sorte de passeport interne imposé aux personnes de couleur noire. Cet outil de ségrégation interdisait à ses possesseurs de se déplacer hors des lieux dans lesquels ils étaient autorisés à rester.  Durant cette campagne qui demandait l'abrogation de ce laissez-passer, une pétition signée par quelques 5000 femmes noires et métisses de l'Etat libre a été envoyée à Louis Botha, alors chef du gouvernement.

Cécilia a ensuite repris le travail à l'hôpital Lovedale durant de nombreuses années jusqu'à ce qu'elle reçoive un congé prolongé en raison de problèmes de santé.

Après avoir quitté Lovedale, elle rejoint sa sœur, Majombozi, à Thaba 'Nchu où elle meurt en 1919 à l'âge de 39 ans. Une statue de Cecilia Makiwane a été érigée par les infirmières d'Afrique du Sud à l'hôpital Lovedale en 1977 et un hôpital à Mdantsane Township dans le Cap-Est porte son nom. En 1982 a été édité un timbre de 8 ¢ à son effigie.

En son honneur, en 2002, le gouvernement d'Afrique du Sud a créé le prix Cecilia Makiwane Nurse's Recognition qui récompense des infirmiers et des infirmières pour leur engagement et leur éthique professionnelle.

Ellen Savage, infirmière jusqu'au bout !

Ellen Savage (1912-1985) était une infirmière militaire originaire de Quirindi en Nouvelle-Galles du Sud en Australie. En 1934, elle suit une formation d'infirmière à l'hôpital de Newcastle. Elle étudie ensuite l'obstétrique à l'hôpital pour femmes de Crown Street à Sydney puis à Petersham et à Tamworth. Entrée au service des soins infirmiers de l'armée australienne le 24 mai 1941, elle fut nommée au 113e Australian General Hospital à Sydney. Elle sert ensuite au Moyen-Orient dans le navire-hôpital "Oranje" . Elle est promue lieutenant en mars 1942.

Le 12 mai 1943, Ellen fait partie  des douze infirmiers qui naviguent dans le navire-hôpital "Centaur" à destination de Port Moresby pour y récupérer du personnel militaire blessé. Deux jours après son départ de Sydney, le navire est coulé au large de l'île Moreton par une torpille japonaise. Très bonne nageuse, Ellen est  la seule infirmière à survivre. Malgré des ecchymoses sévères, un nez fracturé, les tympans éclatés, le palais brisé et des côtes fracturées, elle réussit à rejoindre et à soigner d'autres survivants sur un radeau de fortune.  Une trentaine d'heures plus tard, les rescapés sont sauvés par le destroyer "USS Mugford". En 1944, elle devient la deuxième femme australienne à recevoir la médaille George qui récompense les actes de bravoure. Elle fut démobilisée en 1946.

Membre fondateur (1949), membre du conseil (1952-59) et présidente (1957-58) du College of Nursing, en Australie, Mlle Savage a participé activement à la collecte de fonds qui a aidé à ouvrir un centre social pour les infirmiers, le "Centaur House" à Brisbane. Le 25 avril 1985, après avoir assisté à une réunion de l'Anzac Day, journée qui commémore la sanglante bataille de Gallipoli, Ellen s'effondre devant l'hôpital de Sydney et meurt le même jour.

Un timbre de 45 ¢ à son effigie fut édité en 1993.

Victoria Brù Sanchez et la grippe espagnole !

Victoria Brù Sánchez est une infirmière d'origine cubaine née le 03 juin 1876 dans la province de Managua à La Havane. Très jeune, elle est attirée par la profession d'infirmière.  En 1903, elle suit  la formation en soins infirmiers à l'hôpital  Nuestra Señora de las Mercedes et en sort diplômée en 1906. Le 27 février 1906, le docteur Matias Duque, en charge du département de la santé, nomme un groupe de jeunes infirmières cubaines pour assumer les responsabilités jusque là dévolues aux infirmières américaines. Parmi elles, Victoria qui est promue surintendante de l'École des infirmières de l'hôpital de Santiago de Cuba. En 1910, elle est nommée à La Havane puis à l'hôpital de Cienfuegos en 1914. À Cienfuegos, elle lutte inlassablement pour organiser l'École et les services infirmiers avec les maigres ressources que l'État cubain consacre aux services hospitaliers et à la formation du personnel technique.

Le 11 octobre 1918, le navire espagnol "Alfonso XIII" arrive à La Havane avec, à son bord, 400 patients atteints de la grippe maligne, dont 26 étaient déjà morts au cours du voyage.  A Cienfuegos, l'épidémie se propage avec violence. Au coeur des soins portés aux malades, Victoria contracte la maladie et doit garder le lit plusieurs jours. Constatant que l'épidémie s'aggrave et fait de plus en plus de victimes, elle n'hésite pas à reprendre le travail. Elle se bat pour que les malades soient isolés, soigne sans compter jusqu'à sa mort le 07 décembre 1918 à l'âge de 42 ans. Elle est ainsi devenue une martyre de la profession à Cuba. La ville de Cienfuegos, qui connaissait ses œuvres de solidarité, a montré son admiration et son respect à son enterrement qui fut un véritable deuil populaire. Les journaux de la ville lui ont consacré des pages entières.

La première célébration de la "journée des infirmières" a eu lieu le 03 juin 1924 à Cuba en hommage à Victoria.

Le 3 juin 1957, par l'Ordonnance n ° 9 du 23 avril du Ministère des Communications, un timbre commémoratif  de 4 ¢ à son effigie est mis en circulation à plus de 2 millions d'exemplaires. 

La Seringue.

 

https://www.britannica.com/biography/Clara-Maass

http://www.liberation.fr/cahier-special/2004/07/22/quand-les-medecins-se-piquaient-de-fievre-jaune_487149

https://www.mysticstamp.com/Products/United-States/1699/USA/

http://www.sahistory.org.za/people/cecilia-makiwane

http://adb.anu.edu.au/biography/savage-ellen-15752

http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-03192003000200007