Un Petit Bout de chez Soi chez les Autres !

Dans la maison de retraite de mes rêves, les vieux vont et viennent dans un espace où ils se sentent chez eux. Point de couloirs où l'on se perd, chaque lieu de vie est personnalisé. Se sentir chez soi dans une structure, voilà bien un challenge qui peut paraître peu réaliste et surtout très onéreux à mettre en pratique. Pourtant, certains font preuve de beaucoup d'imagination pour apporter un peu d'humanité à moindre coût dans ces résidences spécialisées pour le grand âge. C'est le cas d'une entreprise néerlandaise qui a eu l'idée plutôt géniale de customiser les portes des chambres des résidents avec des stickers. C'est ainsi que les "True Doors" (vraies portes) sont nées. Adieu donc aux portes isoplanes tristes et moches, voici venue la porte d'entrée façon cottage, hausmannienne, campagnarde, avec ou sans fer forgé, avec rideau en vichy rose ou store vénitien, métallique ou même taggée...Chaque sticker est fait sur mesure dans des matériaux ignifuges répondant aux exigences des normes iso. Chaque résident peut, s'il le souhaite, retrouver une copie de la porte d'entrée de son précédent domicile dans sa résidence. Le coût d'un sticker est d'environ 90 euros.

Si l'on parle bénéfices, il semblerait que ces simples portes customisées apportent des résultats spectaculaires en terme d'adaptation de la personne âgée à son nouveau lieu de vie et de maintien de ses repères. Elles incitent également le personnel et les visiteurs à frapper avant d'entrer donc à un plus grand  respect  de l'intimité des résidents.

Un Petit Peu des Autres chez Soi !

Dans la maison de retraite de mes rêves, les vieux mangent comme au restaurant. Le budget investi pour chaque pensionnaire est supérieur à la moyenne qui se situe actuellement entre 3,60 euros à 4,90 euros de denrées par jour. Les vieux se tapent la cloche mais ils ne le font pas seuls puisqu'ils partagent certains repas et de nombreuses activités avec des enfants et des adolescents. Dans la maison de retraite de mes rêves, on mise sur l'habitat intergénérationnel.

C'est en 1976 que le japonais Shimada Masaharu obtient la permission du gouvernement nippon de faire cohabiter sous le même toit l'école maternelle et la résidence pour personnes âgées de la ville d'Edogawa dans la municipalité de Tokyo. Les bénéfices de cette mixité intergénérationnelle sont très vite apparus. Les personnes âgées se sentaient moins seules et moins sujettes à l'ennui.
Il semblerait que les relations sociales diminuent le risque de maladies neuro-dégénératives. Les tout-petits, quant à eux, ont développé un plus grand sens du respect et  plus d'empathie pour les personnes âgées, ce qui a renforcé leur développement personnel et social.

Cette idée fit son chemin en Amérique du Nord puis au Canada. En 1991, la Providence Mont Saint-Vincent  a créé un Centre d'apprentissage intergénérationnel à Seattle, où six jours par semaine, les 400 résidents et le personnel de cette institution ouvrent leurs portes à 125 enfants scolarisés en maternelle. Impressionné par ce centre, le cinéaste Evan Briggs prévoit de sortir un documentaire intitulé "Présent perfect" dont voici un extrait sur ce lien ► https://vimeo.com/129831958

Poulailler's Song !

Dans la maison de retraite de mes rêves, j'aurai des poules et un jardin et je pourrai encore être créative. C'est ce que promeut également le projet britannique "HenPower" (le pouvoir des poules) qui tend à aider les séniors à se sentir utiles. Ce programme innovant, initié en 2015, implante des poulaillers au sein des structures d'acceuil pour personnes âgées et forme des séniors bénévoles pour s'occuper des poules, des oeufs, de l'incubation et des poussins. Les "Henséniors" se consacrent également à la création des poulaillers, à l'enregistrement d'histoires orales et à la conception de cartes, calendriers et autres produits en travaillant avec des sculpteurs, des artistes visuels et des nouveaux médias. Ils s'impliquent également dans les écoles, les festivals et les fêtes communautaires.

Ils sont aujourd'hui plus de 40 établissements à avoir fait ce choix en Angleterre et au Pays de Galles. Le Canada et l'Australie sont également conquis par cette idée dont les bénéfices sont certains pour les personnes âgées. Le projet Henpower vise à prévenir la solitude, l'isolement et favorise la santé et le bien-être. Il a  un rôle évident de socialisation. Il encourage la créativité et créé des échanges intergénérationnels. Il permet de rester actif et réduit le sentiment de solitude. Et puis, pensons écologique, nos amies les poules sont de fantastiques recycleuses de déchets...

Voici une idée de ce que pourrait être la maison de retraite de mes rêves. La suite au prochain numéro...

La Seringue.

https://www.truedoors.com/fr/#realise

https://www.theatlantic.com/education/archive/2016/01/the-preschool-inside-a-nursing-home/424827/

https://www.japantimes.co.jp/opinion/2016/03/13/commentary/japan-commentary/interaction-benefits-toddlers-elderly-alike/

http://www.bbc.com/news/uk-northern-ireland-39734807

https://www.equalarts.org.uk/our-work/henpower