Quand t'as la Poisse !

Les professionnels de santé ont la guigne !

Dans les bureaux austères de leur Ministère, c'est vendredi 13 à chaque élection. Le mauvais sort s'acharne, la tartine s'évertue à tomber côté  confiture, les chats noirs hantent les couloirs et aucun grigri, aucune amulette, aucune incantation n'arrivent à endiguer cette poisse qui colle à la blouse de ces malheureux soignants. Cependant, à chaque changement de tête, à chaque remaniement ministériel, nombreux sont-ils à y croire encore. Pourtant, il semblerait, hélas, que les ministres se suivent et se ressemblent tous. A défaut de faire pire, ils se la jouent à l'identique...Petit retour sur un plus plus de dix années de mépris...

► Après avoir subi de 2007 à 2010, notre Roselyne nationale,  pharmacienne de son état aujourd'hui devenue reine du paysage audiovisuel français, grande prêtresse de la vaccination contre la grippe H1N1 qui, selon la Cour des Comptes, a tout de même coûté la modique somme de 387.2 millions d'euros à l'État français donc aux citoyens. Argent qui, rappelons-le s'est en partie envolé en fumée puisque 19 millions de doses ont été incinérées. Notre très chère Roselyne, défenseur des infirmiers (sic !) qui n'hésitait pas à affirmer en 2010 que ce boulot n'était pas plus pénible qu'un autre puisqu'on n'en mourait pas plus tôt que dans la moyenne et que le taux d'invalidité constaté au moment de la retraite était, lui-aussi, inférieur à la moyenne. Sauf que Roselyne a omis ce jour-là de préciser qu'ils s'agissait exclusivement du taux d'invalidité totale. "Ce sont les chiffres de la vérité"  avait-elle alors affirmé sans vergogne.

► Après avoir vécu de 2012 à 2017 sous le règne de Marisol, ancienne énarque réintégrée récemment au Conseil d'État, tout comme son prédecesseur, grande défenseur des infirmiers qui souhaitait "reconstruire des bases saines pour l'hôpital public", qui n'avait pas peur d'affirmer que "celles et ceux qui travaillent à l'hôpital public et croient profondément en ses valeurs attendent d'abord que celles-ci soient reconnues". Cette même Marisol, qui avait annoncé dans des effets de manches que 22 000 postes allaient être supprimés dans les hôpitaux d'ici à 2017, ce qui représentait tout de même 2 % de la masse salariale et 860 millions d'économie sur le budget. Celle-là même qui, à la fin de son mandat en mai 2017, gratifiait les infirmiers façon grand seigneur d'une revalorisation de leur prime de nuit de 1.50 euros net pour 10 heures de travail. Une aumône...

► Aujourd'hui, voici venue la petite Agnès, hématologue et praticienne hospitalière. On la trouvait plutôt sympa Agnès. Le genre réservée, posée, qui tourne sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler dire une bêtise. Et puis, Agnés, elle connaît l'hôpital  ! Elle est médecin tout de même. Elle en a côtoyé des soignants en déroute dans des services miséreux. Elle a expérimenté toutes les difficultés à exercer son métier dans certains hôpitaux. Elle est proche de nous en somme. Elle est un peu le médecin à qui l'on se frotte chaque jour. Ça donne un grand sentiment d'appartenance à une famille tout ça... Eh bien non, tout faux, tout raté, première grosse bourde et patatras ! La petite Agnès trébuche, relativise et dégringole de son piedestal...

Il Faut R.E.L.A.T.I.V.I.S.E.R !

Agnès Buzyn, notre ministre de tutelle était donc l'invitée de RTL le 26 janvier dernier. A cette occasion, elle s'est exprimée à propos du #balancetonhosto qui circule sur les réseaux sociaux depuis début janvier. Sur Twitter donc, les  professionnels de santé libèrent la parole et dénoncent, parfois avec humour, leurs conditions de travail à l'hôpital. Madame la ministre des Solidarités et de la Santé a déclaré lors de l'interview que les dénonciations des absurdités de l'hôpital par les soignants étaient "un éclairage sur les dysfonctionnements" mais qu'il fallait "relativiser".

Face à ce que beaucoup de soignants considéreront comme du mépris, je me permets donc, Madame la Ministre, de vous poser quelques questions. N'ayez crainte, je n'attends aucune réponse...

Madame la Ministre, auriez-vous le courage de regarder dans les yeux le mari et les deux enfants d'Emmanuelle Lebrun, infirmière de 44 ans qui s'est suicidée à son domicile le 24 juin 2016 et de leur dire qu'il faut RELATIVISER ? Pourriez- vous vous adresser de la même façon aux familles de ces soignants qui ont mis fin à leurs jours ces dernières années et leur dire qu'il faut RELATIVISER ?

Madame la Ministre, auriez-vous l'indécence de répondre aux membres des associations d'aide aux soignants souffrant d'épuisement professionnel dont les appels de désespérés ne cessent de croître qu'il faut RELATIVISER ?

Madame la Ministre, auriez-vous la brutalité de dire aux soignants qui découvrent leurs collègues inanimés derrière la porte des toilettes, dans un placard à balais ou en bas du huitième étage de leur hôpital qu'il faut RELATIVISER ?

Madame la Ministre, auriez-vous le front d'affirmer que la pénurie de soignants dans certaines structures, la flambée des arrêts maladie, le mal-être des personnels ne sont que pure fiction et qu'il faut RELATIVISER ?

Les manques sont pointés depuis de longues années déjà. De commissions en enquêtes, de rapports en expertises, rien ne se passe. Des soignants tombent régulièrement au champ d'honneur de votre entêtement. Il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir...

La Seringue.

#balancetonhosto à 6.35 minutes...

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/05/05/le-suicide-d-une-infirmiere-au-havre-reconnu-comme-accident-de-service_5123257_3224.html#xQqiQckk73zacGeA.99

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-infirmieres-ont-elles-un-metier-si-penible_1370195.html

https://www.francetvinfo.fr/sante/professions-medicales/infirmieres-le-coup-de-grace-de-marisol-touraine_2172066.html

http://discours.vie-publique.fr/notices/163001613.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20150302.OBS3663/22-000-postes-supprimes-dans-les-hopitaux-d-ici-fin-2017.html