T'as plus la cote Baby !

En juin dernier, la plateforme meilleures-entreprises.com réalisait une sondage portant sur le degré de satisfaction éprouvé par les individus dans leur emploi. Les résultats de cette étude basée sur un échantillon de 120 000 personnes sont sans appel : le métier d'infirmier serait un boulot de merde.

Le terme employé est plutôt cru, j'en conviens... Cependant, comment qualifier autrement une profession qui arrive en neuvième position dans le classement des pires jobs de ce pays en sachant qu'il existe sans doute des milliers de métiers ?

Être propulsé dans ce top 10 signifierait donc que la profession n'attire plus.  Exit le prestige de l'uniforme, la blouse blanche filerait le blues et certains Instituts de formation en soins infirmiers peineraient aujourd'hui à trouver des étudiants.

On ne peut que s'interroger sur la désaffection de ce métier qui, pendant des décennies, a fait rêver et nourri les fantasmes de millions d'individus. Comment est-on passé de la fierté d'exercer une profession porteuse de sens à un tel désamour ? Les nouvelles générations que certains qualifient d'enfants-rois, opportunistes et individualistes éprouveraient-elles une aversion à prendre soin de l'autre ?

 

Perte de Sens ou Brown-Out !

Il semblerait que les réponses soient beaucoup plus pragmatiques et fassent appel à des facteurs liés aux conditions de travail et d'apprentissage mais également à l'image de cette profession longtemps adulée que nous renvoient les médias. Les faits divers sont d'ailleurs là pour nous le rappeler de façon récurrente : l'infirmier meurt aujourd'hui de ne pouvoir exercer son métier correctement. Tiraillé entre un désir d'absolu, de perfection ne laissant aucun droit à l'erreur et une réalité de terrain qui le ramène à sa simple condition d'humain incapable d'assumer une charge de travail de plus en plus lourde, il pallie les manques institutionnels et finit par en payer la facture.

Souffrir voire mourir de soigner ou plus possiblement, souffrir ou mourir de ne pouvoir soigner ne donne pas réellement envie d'aller au charbon. Comment trouver du sens à ce qui n'en a plus ?

Le brown-out, terme anglais qui signifie "baisse de courant" est un syndrome de souffrance au travail qui semble avoir contaminé l'hôpital. Beaucoup de soignants se reconnaissent aujourd'hui dans les symptômes de cette nouvelle pathologie théorisée par André Spicer et Mats Alvesson dans leur ouvrage The Stupidity Paradox, paru en juin 2016. Perte d'intérêt, ennui, sentiment d'avoir à accomplir des tâches absurdes qui nuisent à sa propre éthique, remise en question du choix de son métier, démotivation, désinvestissement, impression de faire du tort à autrui, emprise de la vie professionnelle sur la sphère privée font partie des signaux révélateurs de ce nouveau mal qui touche les entreprises.

Les infirmiers en devenir ne reflètent pas, eux non plus, une image d'étudiants épanouis qui s'éclatent dans leurs cursus. Une enquête de la Fédération Nationale des Étudiants en Soins Infirmiers a révélé en septembre 2017 le mal-être latent de nos futurs infirmiers. Stress, harcèlement, dépression, il semblerait qu'ils soient nombreux à songer à mettre fin à leurs études. Les terrains de stage ne sont pas épargnés , les étudiants dénoncent les relations parfois violentes avec les équipes encadrantes. On se demance d'ailleurs comment il pourrait en être autrement. Des soignants maltraités dans leurs services deviennent probablement maltraitants. 

Les infirmiers libéraux, quant à eux, renvoient depuis déjà quelques années, l'image de fraudeurs invétérés capables de vous vider les caisses de l'État en deux coups de cuillères à pot. Là encore, les "affaires" fleurissent dans les journaux de Province et de Navarre et les jugements pleuvent le plus souvent en leur défaveur.

Comment pourrait-on, après un tel constat, avoir envie d'exercer ce métier qui fut, pour beaucoup, le plus beau du monde ?

La Seringue.

 

http://www.valeursactuelles.com/economie/le-top-10-des-pires-jobs-selon-les-salaries-84417

https://start.lesechos.fr/rejoindre-une-entreprise/classements-entreprises/les-10-pires-jobs-selon-les-salaries-francais-8527.php

http://www.letudiant.fr/etudes/medecine-sante/mal-etre-des-etudiants-infirmiers-diagnostic-remedes.html

http://www.lefigaro.fr/emploi/2016/10/27/09005-20161027ARTFIG00084-brown-out-souffrir-d-un-travail-absurde-qui-n-a-aucun-sens.php