Emmanuelle, Elisabeth et les autres !

Le 13 juin 2016, un infirmier de 55 ans se donnait la mort sur son lieu de Travail, au CHU de Toulouse.

Le 24 juin 2016, Emmanuelle, une infirmière diplômée en poste depuis une vingtaine d'années à l'hôpital Monod du Havre se suicide à son domicile.

Le 30 juin 2016, un infirmier de Saint-Calais, dans la Sarthe, se donne la mort juste après avoir suivi une formation pour devenir cadre de Santé.

Les 23 juillet et 13 août 2016, ce sont deux infirmières du service médical Interprofessionnel de la Région de Reims qui se suicident à leur tour.

Le lundi 6 février 2017, un infirmier se suicide par défenestration à l’hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris. Le 17 février 2017, une infirmière qui a pris des médicaments dans la réserve, se suicide en plein travail aux urgences de l'hôpital de Longjumeau.

Une infirmière de l'hôpital Cochin à Paris se suicide le mardi 07 mars 2017 sur son lieu de travail.

Ce week-end, Elisabeth, infirmière à l'hôpital Saint-Louis à Paris, a  mis fin à ses jours à son domicile. «Il n’y a pas à ce stade de lien établi entre ce geste et le contexte professionnel», insiste de son côté la direction générale de l’AP-HP.

Regarder les Hommes Tomber !

Neuf suicides, une année. Neuf suicides, deux prénoms, sept anonymes...
Neuf infirmiers qui, par cet ultime geste, ont sans doute voulu lancer un appel désespéré. Marquer le coup pour que le monde comprenne, se sacrifier, ne plus pouvoir, ne plus vouloir, flancher, céder, abandonner et mourir...
Neuf infirmiers, des familles, des enfants, des parents, des amis, des collègues, des voisins, des vies...
Neuf infirmiers qui sont partis sur la pointe des pieds, enveloppés dans le silence embarrassé et pesant de leur hiérarchie. Neuf soignants drapés dans un mur d'indifférence. Neuf soignants transparents que l'on voudrait bien oublier. Neuf soignants méprisés par notre ex-ministre de la santé.
Neuf victimes, un encart dans les quotidiens à la rubrique des chiens écrasés. Neuf victimes, des doutes, des réserves et des élucubrations sur les motifs qui entourent leurs tragédies.
Neuf suicides, des arguments, des explications à n'en plus finir sur les états dépressifs de l'un, les instabilités d'humeur, les problèmes de couples ou les soucis financiers de l'autre. Neuf suicides encombrants qu'il est urgent d'enterrer au plus vite, au propre comme au figuré. Neuf suicides gênants qui remettent en question des politiques de management destructrices, dangereuses et parfois meurtrières pour les professionnels de santé. Neuf suicides, des coupables et des innocents...
Neuf infirmiers, sept parmi eux qui n'ont pas d'identité. Sept infirmiers, un prénom pour exister, un prénom pour ne pas être oublié, un prénom pour que ces actes ultimes ne soient pas tout à fait vains. Un prénom pour que ceux qui restent puissent se reconnaître dans cette souffrance qui infectent un grand nombre d'entre eux. Un prénom nécessaire, indispensable pour être reconnu. Un prénom qui légitime la souffrance des vivants.
Neuf victimes dont nous nous souviendrons. Neuf situations dramatiques qui pourraient peut-être nous aider à lutter pour travailler dans de meilleures conditions. A ce propos, le 05 mai 2017, le suicide d'Emmanuelle survenu il y a presque un an, a été reconnu comme un accident de service. Après une enquête administrative, son décès a été classé en accident du travail par une commission paritaire...Elle n'est peut être pas morte pour rien...
Je n'ai plus envie de rédiger des articles qui tournent autour des rubriques nécrologiques. Neuf décès, neuf de trop...
La Seringue.

 

http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/02/06/suicide-d-un-infirmier-a-l-hopital-georges-pompidou-a-paris_5075328_1651302.html

http://www.20minutes.fr/paris/2026535-20170307-paris-infirmiere-suicide-lieu-travail-hopital-cochin

http://www.leparisien.fr/essonne-91/longjumeau-les-urgences-sous-le-choc-apres-le-suicide-d-une-infirmiere-28-02-2017-6720426.php

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/05/05/le-suicide-d-une-infirmiere-au-havre-reconnu-comme-accident-de-service_5123257_3224.html