S.O.S. d'un infirmier en Détresse !

Tu n'en peux plus de tes conditions de travail. Tu franchis tous les jours les portes de ton service avec tes copines de galère, les bien nommées "démotivation" et " morosité. La lecture de ta fiche de paye te secoue de spasmes et de sanglots. Tu as l'impression de ne pas te réaliser dans ta vie professionnelle. Tu es sur le point de dire adieu à tes rêves et tes aspirations. Tu maudis le bon samaritain qui est en toi. Tu sais, celui que tu côtoies chaque matin dans le miroir de ta salle de bains, celui qui ne sait pas dire non, celui qui ne sait pas poser de limites, celui que tu éclaterais bien dans un mur de temps à autre. Tu as le sentiment un peu confus de ne pas être fidèle à tes idéaux. Sortir de ton lit devient un calvaire. Il te faut trois jours pour récupérer de tes nuits de garde. Ta blouse te file le blues.  Ta vie de couple s'effrite. Tes gosses se plaignent de ne jamais te voir et lorsque tu es de repos, tu pionces toute la journée. Tu pleures sur ta vie en mode "les sanglots longs des violons de l'automne bercent mon coeur d'une langueur monotone" sauf que les jérémiades sont également au programme les trois autres saisons de l'année. Tu attends des changements qui ne viendront sans doute jamais vu la situation plus que désespérée de notre pauvre Gaule. En quelques mots, t'en as ras-le-bol, t'es borderline. Tu as atteint un point de rupture et l'élastique va lâcher dans pas long. Bref, ça sent la dépression à plein nez. Je ne serais d'ailleurs pas étonnée que tu nous mijotes un petit burn-out des familles.

Tu souffres et on le comprend. Tu aimes ton métier, c'est une certitude. L'envie de tout envoyer paître te titille de façon récurrente alors pourquoi ne prendrais-tu pas ton destin en main pour changer tout ? Tenter, essayer, avoir l'audace de recommencer, de s'adapter, de s'ouvrir à d'autres choses, d'autres gens, d'autres cultures, voilà donc un challenge qui pourrait peut-être modifier le jeu tout pourri que tu as dans les mains. Il suffirait de quelques cartes pour avoir une quinte flush royale et gagner la partie. Allez, on se bouge et on étudie la situation...

Changer Tout pour Quelque Chose qui Vaille le Coup !

Les pays les plus développés, ce qui se traduit par "peuplés de vieillards" subissent de plus en plus une pénurie de personnel infirmier. Le Royaume-Uni recherchait  23 000 infirmiers à temps plein il y a moins d'un an. Les estimations des besoins de personnel nécessaire à l'horizon 2030 dans ce pays virevoltent aux alentours des 500 000. Les États-Unis évaluent à 1.2 millions de postes à pourvoir d'ici à 2022. L'Allemagne, l'Australie et l'Arabie Saoudite doivent eux-aussi faire face à une pénurie de soignants.

Se barrer, s'expatrier, planter ses racines en terre inconnue, taper sur la touche "reset", se donner toutes les chances d'exercer son métier dans des conditions optimales pourrait donc valoir le coup. Routard en herbe, ami du déménagement ou du nomadisme, polyglotte amateur ou autre risque-tout invétéré, cet article est fait pour toi... C'est parti pour un voyage au paradis...des nurses, traduisez là où les salaires et les conditions de travail sont tout simplement décents.

Question de Pépettes, de Thunes, de Flouze... !

Selon un article paru en 2017 sur le site http://www.careeraddict.com, l'Australie, le Canada, la Norvège, les États-Unis et le Luxembourg seraient les pays qui rémunèrent le mieux leurs infirmiers.

A titre d'exemple, un infirmier australien gagne environ 25 euros de l'heure en début de carrière. son salaire annuel peut atteindre plus de 53 000 euros lorsqu'il a plus de dix ans d'expérience. Il travaille entre 38 et 40 heures par semaine et bénéficie de quatre semaines de congés annuels. La pratique de l'anglais est indispensable, la connaissance des langues aborigènes est un plus. Il y aurait d'ailleurs plus de 250 différentes. Je ne peux que te souhaiter bon courage dans cette potentielle nouvelle vie où tu pourras prendre connaissance du "temps du rêve" (Tjukurrpa) et remonter aux lointaines origines de l'humanité...

Un infirmier canadien gagne, quant à lui, entre 42 000 et 49 000 euros par an. Selon son expérience, son salaire annuel peut facilementI grimper jusqu'à environ 57 000 euros. Par contre, il n'a droit qu'à 10 jours de congés payés et 9 jours fériés par an. Le Canada, c'est un pays grand, voire très grand puisqu'il couvre presque 10 millions de km2. C'est également un endroit où les températures peuvent être froides voire très froides. Robinson des pôles, ami de Jack London, ce pays est fait pour toi...

L'infirmier norvégien a un salaire moyen annuel d'environ 44 000 euros mais peut atteindre jusqu'à 88 000 euros selon l'ancienneté et l'expérience. Il a également la meilleure qualité de vie parmi tous les pays européens. Pour pouvoir exercer en Norvège, la maîtrise de la langue anglaise est indispensable. Il paraît également primordial de posséder quelques rudiments de cette langue germanique dont les sons gutturaux chatouillent mon oreille. Allez, petit aventurier, je t'avance le boulot ! "hvordan har du det ? [vourdann arr du dè]" qui signifie "comment vas-tu ?". Tu réalises à la première lecture qu'il y a un monde entre ce qui est écrit et l'art de le prononcer. J'apprends d'ailleurs que Le norvégien est divisé en deux dialectes officiels distincts : le bokmål et le nynorsk. Les deux dialectes ont le même statut et sont utilisés pareillement dans l’administration publique, les écoles, les églises ou encore à la radio et la télévision. Livres, revues et journaux sont édités et imprimés dans les deux dialectes. Good luck pour ta future installation l'ami !

L'infirmier américain touche un revenu bien supérieur à la moyenne puisqu'il gagne environ 60 000 euros par an. C'est en Califormie que les salaires sont les plus élevés pour cette profession puisqu'ils avoisinent les 83 000 euros annuel. Bienvenue au pays de l'Oncle Sam...

L'infirmier luxembourgeois tient la première place de ce top five des meilleurs salaires puisqu'il a un revenu d'environ 53 000 euros annuels en début de carrière. Les plus expérimentés peuvent gagner jusqu'à 111 000 euros annuels. Les luxembourgeois vivent plutôt à l'étroit puisque ce petit état compte un peu plus de 50 km2 pour 115 000 habitants. Vous conviendrez que dans un pays aussi petit, il paraît assez difficile de faire son nid. Les paradis fiscaux ne sont malheureusement pas à la portée de tous et les offres d'emploi sont rares ! Parler le luxembourgeois peut être un atout fort appréciable pour pouvoir exercer dans ce pays. Wëllkomm zu Lëtzebuerg !

Question de Bien-être, d'Exercice, d'Organisation, d'Environnement  !

La Norvège est l'état européen qui offre les meilleures conditions de travail. S'ensuit la Suisse, les Pays-Bas, la Belgique, L'Allemagne, la Finlande et l'Espagne. Selon cette enquête, les infirmiers polonais et grecs ne semblent pas bénéficier de très bonnes conditions de travail dans leur pays.

Concernant les horaires de travail, les infirmiers hollandais sont les plus satisfaits à 87 %, suivis par les allemands (83 %), les finlandais (82 %), les suisses et les irlandais à égalité sur le podium (79 %). Les norvégiens, les anglais et les belges sont satisfaits pour 75 % d'entre eux. Les grecs (55 %) et les  espagnols (50%) affichent le plus faible taux de satisfaction.

Juste pour te faire un peu plus de peine,  je te rappelle qu'un infirmier français trime pour des cacahuètes. Il gagne en moyenne moins de 35 000 euros par an. Je sais, t'es dégoûté...

 

La Seringue


http://www.careeraddict.com/top-5-countries-with-the-highest-paid-salaries-for-nurses

https://australienzelande.fr/australie/3215-infirmiere-australie-immigration-visa

https://news.euspert.com/best-nurse-jobs-best-countries-nurses-work/