La Vie d'Idel en mode Bref...

Ce midi, je suis passée au cabinet pour récupérer du matériel. J'ai jeté un oeil à ma boîte à lettres qui degoulinait sa traditionnelle diarrhée verbale sur le palier. J'ai trouvé toutes ces couleurs très artistiques. Je me suis souvenu d'un tuto pour faire un sapin de Noël en emplilant une montagne de courrier. J'ai pensé que j'avais matière à réaliser une oeuvre d'art. Je me suis rappelé que j'avais trouvé ça moche et qu'on était à peine au mois de mai. J'ai fourré toute la liasse de paperasse sur le siège passager de ma voiture.

Au moment de démarrer, une grande enveloppe a attiré mon attention. Je l'ai ouverte. A l'intérieur, une jolie bafouille de Santé Publique France, ex-institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) signée François Bourdillon, directeur général. Je me suis demandé que me valait cet honneur de la part d'un monsieur qu'au demeurant, je ne connaissais pas. J'ai pensé que j'avais peut-être gagné à un jeu par tirage au sort. J'ai fait marcher la boîte à neurones et j'en ai conclu que j'avais pas joué à quoi que ce soit depuis le grattage de Dédé, le cochon de la Française Des Jeux. J'ai pensé au nombre de tickets perdants. Je me suis promis de ne jamais replonger.

J'ai lu qu'en objet de cette missive, il était question de diffusion de nouveaux outils pour bien vieillir. J'ai immédiatement pensé lifting, cure d'amincissement, massage ayurvédique, crochet, macramé, saut en parachute, excursions dans la Forêt Noire et thérapie par le vide. Je me suis demandé s'il y avait un message subliminal dans cet objet. J'ai préféré croire que les outils en question étaient destinés à mes patients. J'ai visualisé mentalement mon acte de baptême. J'ai blêmi...

J'ai poursuivi ma lecture. J'ai ainsi appris qu'il me fallait renforcer mes compétences en matière de grand âge et que, mazette, l'Agence nationale de santé publique était là pour ça.

Au deuxième paragraphe, mon coeur a cessé de battre lorsque Monsieur Bourdillon, lui-même, s'est fendu d'un magnifique cadeau afin que je puisse réussir cette quête, ô combien ardue, qui consiste à apporter le bonheur à nos aînés. J'ai cru défaillir lorsque j'ai découvert le présent dissimulé au fond de l'enveloppe format 21x29.7. J'ai alors déposé religieusement un sompteux marque-page en papier glacé aux teintes bleu azur sur mon tableau de bord et j'ai pleuré. Saperlipopette, un seul et unique marque-page pour guider un peu plus de 12 millions de vieux sur les chemins du nirvana, c'est époustouflant, que dis-je c'est miraculeux !

Entre vieillir et bien vieillir, il suffit d'un clic disait le message inscrit sur le marque-page... Un seul petit marque-page pour changer votre vie, un seul petit marque-page à distribuer à TOUTES les personnes âgées que je rencontrerai. J'ai pensé aux nombres de photocopies qu'il me faudrait faire pour atteindre cet idéal. J'ai pensé aux arbres de la forêt qu'il faudrait encore abattre. J'ai songé aux cartouches d'encre qui sont particulièrement polluantes. Je me suis dit surtout que je n'avais pas que ça à foutre et qu'en plus de soigner les gens, je n'allais pas aussi scier la branche sur laquelle j'étais assise en me coupant du volet prévention de mon métier.

J'ai tapé http://www.santepubliquefrance.fr, j'ai cru comprendre qu'ils étaient 625 à bosser dans cette agence Santé Publique France.  J'ai aussi appris qu'ils avaient un budget annuel frôlant les 200 millions d'euros. Je me suis posé naïvement la question de savoir s'ils avaient des photocopieuses plus performantes que la mienne et les ramettes de papier adéquats pour faire le taf.

J'ai songé à toutes les personnes âgées que je côtoie chaque jour. J'ai eu du mal à les imaginer se promener sur la toile et bien vieillir d'un seul clic. J'ai vu leurs doigts arthrosiques se débattre sur le clavier. Je les ai vu perdus et par dessus tout très seuls. J'en ai enfin conclu qu'il y avait un fossé plus grand que la fosse de Marianne entre le monde bureaucratique et l'univers des personnes âgées. 

Je me suis finalement demandé si toute cette technologie aiderait nos vieux à vivre tout simplement

Bref, j'ai ouvert ma boîte aux lettres.

La seringue.

 

 

 

 

http://www.santepubliquefrance.fr/Sante-publique-France/Qui-sommes-nous