Plus Jamais Ça !

P*tain de Premier janvier ! Promis, juré, craché, tu ne recommenceras plus jamais ! D'ailleurs, t'es même pas certaine de survivre à ce réveillon mémorable alors anticiper sur les prochaines années n'est pour l'instant que pure fiction. Durant cette nuit de folie, vêtue de ton costume rose paillettes "Sweet Hello Kitty", tu es passée de la case orgie alimentaire à la case rock-tango-disco-zumba-twerk, le tout arrosé de mojito-vodka-champagne-Badoit. Tu t'es mariée 27 fois. Tu as demandé le divorce 23 fois pour la simple et bonne raison que tu as perdu quatre maris dans la bataille. Tu as dansé "jusqu'au bout de la nuit" avec les fantômes de minuit, les démons de l'ennui et surtout avec un nombre conséquent d'inconnus qui ne t'avaient rien demandé. Et te voilà debout après une demi-heure de coma sommeil, juste dégoûtée de devoir chevaucher ta licorne, démarrer ta bagnole pour aller bosser.

Les Matins Blêmes !

Debout dans la salle de bains, le miroir a bien du mal à te reconnaître. Il en chavire d'effroi, à moins que ce ne soit toi qui aies des hauts-le-coeur. La douche froide que tu prends pour accélérer ton retour parmi les terriens n'a d'ailleurs pas l'effet "lifting" escompté. Le test "expiration dans la paume de la main gauche"  confirme une haleine de chacal capable de décimer un régiment de soudards. Tu songes, l'espace de quelques secondes, à la nausée qui va te précipiter vers la cuvette des toilettes. Ça tangue, ça chavire mais tu réussis tout de même à stabiliser ces vertiges de l'amour éthyliques. Pour épargner tes patients, tu t'enfiles un paquet de bonbons "menthe glacial extra strong" qui t'arrache la gueule et surtout qui te resteront sur l'estomac toute le journée. Un pointe de rouge à lèvres carmin pour redonner un peu de peps à ton teint de blonde péroxydée en pleine crise de foie et c'est parti pour une tournée de folie. Kit de survie pour le voyage : deux tubes de citrate de bétaïne, un thermos de café Death Wish surnommé à juste titre le carburant des travailleurs, un pack d'eau, une paire de lunettes de soleil et une bonne dose de courage, d'abnégation ou d'insouciance au choix.

Non, Tu n'es pas Seule !

Les premières lueurs de la ville ont vite fait de te rassurer sur ta propre situation d'alcoolique occasionnelle dans sa phase aiguë. La planète Terre, en ce matin brumeux et glacial, semble avoir été colonisée par des êtres que tu reconnais comme faisant partie de ta niche écologique, à savoir les homo Sapiens Sapiens Ebrieticum. Certains, telle la marée, ondulent. Ils se déplacent en groupe, chantent des chansons paillardes ou font la chenille armés de sabarcane, serpentins et confettis. D'autres sont en phase dégrisement. Allongés sur une bouche de métro, un banc public ou simplement devant une pharmacie en quête du remède miracle qui viendra à bout de leur gueule de bois, ils cuvent ou ils délirent.

Tu réalises alors que tu n'es pas seule. Enfin si, tout de même un peu, puisque toi, tu ne dégrises pas, tu bosses.

Allez, viens boire une p'tit coup à la maison !

Chez certains patients, ce n'est pas mieux, les bacchanales ont fait leurs effets. Les tables encombrées sont là pour en témoigner. Les glucomètres et les tensiomètres le confirment également avec des valeurs hors norme rarement vues au cours de l'année. And the winner is...

Et comme si cela ne suffisait pas, nombreux sont tes patients, pochtrons ou pas, qui te proposent dès ton arrivée et quelle que soit l'heure de la journée, le petit verre de Whisky/Champagne/Suze/Martiny/Vodka/Coca-cola/Gin-Fizz/sirop de fraise accompagné de foie gras/chapon/saumon/escargot/bûche au chocolat, censés célébrer ce premier janvier si particulier.

Tu avais la gueule de bois, te voici malade et dégoûtée à jamais. Tu te promets et tu cries à qui veut bien l'entendre que tu vas devenir ascète. Tu jures que l'an prochain, tu passeras les fêtes de fin d'année en Alaska ou dans le désert de Gobi. Tu pries enfin pour que la journée se termine vite, très vite afin que tu puisses aller DORMIR...et OUBLIER. Meilleurs voeux. A l'année prochaine !

La Seringue