J'aime !

J'aime les soignants qui pensent que l'on est plus fort lorsque l'on est nombreux. J'aime ceux qui croient encore en leur avenir, ceux qui sont prêts à se battre pour le préserver et imposer la conception qu'ils ont du "prendre soin". J'aime ceux qui s'unissent, ceux qui luttent, qui s'indignent, qui protestent ou qui se révoltent. J'aime lorsque leur colère et leur écoeurement se muent en actions. J'aime les voir échaffauder des plans de bataille. J'aime voir leurs yeux briller lorsqu'ils préparent des actes d'insoumission. J'aime cette odeur d'insurrection qui plane autour de notre ministère. J'aime les préparatifs de banderoles, les points de ralliements, les slogans qui font mouche, les couplets écrits à la hâte pour la circonstance. J'aime les rencontres liées à ces moments forts. J'aime la révolution de ces blouses blanches qui gronde. J'aime la conviction de ces hommes et de ces femmes de bonne volonté qui oeuvrent dans l'ombre pour le maintien de leurs droits et donc des nôtres. J'aime les voir s'insurger, réagir et lutter. J'aime l'énergie positive que tout cela dégage et j'aime surtout penser que grâce à eux, j'y crois encore moi aussi. J'aime la perspective que tout peut encore changer même si c'est se tromper. J'aime l'idée d'avoir essayer.

 J'aime Pas !

J'aime pas les soignants qui pensent que toute initiative est vaine. J'aime pas ceux qui sapent le moral des troupes. J'aime pas non plus ceux qui s'acharnent à détruire ce que d'autres peuvent tenter de construire. J'aime pas ceux qui détricotent patienmment la moindre ébauche de solution apportée par l'autre. J'aime pas la critique facile, stérile, inutile ou improductive. J'aime pas les "Non" rédhibitoires qui vous propulsent droit dans le mur. J'aime pas ceux qui vous disent qu'il faut y aller mais qui ne décollent jamais. J'aime pas ceux qui vous exhortent à agir mais qui vous bloquent lorsque vous vous décidez. J'aime pas la paralysie et l'immobilisme que cela provoque. J'aime pas me laisser aller à déprimer sur mon sort et sur celui de mes confrères et consoeurs. J'aime pas lorsque le pessimisme laisse le champ libre à l'inaction. J'aime pas lorsque nous redevenons cons(nes), bons(nes) et pigeons(nes).

Le 08 Novembre, nous avons tous besoin de vous ...mobilisons-nous !

La Seringue.