Bazar Land !

Vous avez sans doute tous déjà vécu cette expérience surréaliste pour certains, extraordinaire pour d'autres mais en tout cas inoubliable pour tous d'une immersion dans la caverne d'un patient de type "Ali Baba" collectionneur de trésors tous les plus surprenants et inutiles les uns que les autres.

Dans ce fatras d'un autre temps où chaque objet est une ode à la créativité, au kitsch ou au mauvais goût, se mouvoir est un défi à l'équilibre de chaque instant. Amateurs de varape et d'escalade en tous genres, vous êtes les bienvenus !

Les  dizaines de peluches alignées savamment sur le canapé où personne ne s'assied jamais côtoient les  poupées régionales qui ne sont jamais sorties de  leurs boîtes en plastique. Bouddha compose avec une kyrielle de nains de jardin. Le calendrier des postes de l'année de votre naissance trône fièrement à côté du coucou suisse qui n'en finit plus de "coucouter". Ici, des livres et des revues sont empilés dangereusement. Là, un amoncellement de bouteilles vides ou pleines, de formes et de couleurs variées.

Sur la table de la salle à manger que l'on devine se trouvent  boîtes de sirops, pastilles, pommades, crèmes, onguents, comprimés et collutoires. Tout une panoplie qui serait digne des plus grands apothicaires. Sous cette pharmacie sortie d'un autre âge, un puzzle commencé en 1986 laissant apparaître une île paradisiaque et des morceaux de nappe à carreaux.

Il est inutile de préciser que devoir traverser le salon de ce type d'appartement relève de l'exploit. On part donc à tâtons à la recherche de son patient, naviguant à vue sur un sol qui pourrait bien être aussi instable que des sables mouvants. Petite parenthèse qui a son importance dans ce genre de situation et en regard des dangers qui nous menacent, on oublie pas de se prendre une petite Assurance Volontaire Accident du Travail au cas où...

La Collection : Cette Passion qui Dévore !

Tel l'écureuil, notre collectionneur compulsif engrange, accumule, amoncelle, emmagazine et ce, sans jamais ressentir une quelconque saturation. Il est l'ennemi juré du feng shui et du minimalisme. Le psychologue Henri Codet définit quatre caractéristiques propres au collectionneur. Il a un désir de possession certain. Il a aussi un besoin d'activité spontanée. Il s'entraîne à se surpasser et a tendance à classer. Les premiers pas vers cette activité se font entre 7 et 12 ans. A ce stade, l'enfant rationalise le monde et en prend possession.

Notre collectionneur reconstruit donc le monde à son image et l'adapte aux dimensions de son appartement. Et parfois, le petit deux pièces de 40 m2 a bien du mal à contenir tous cet arsenal dont l'utilité ou la valeur sont plus que discutables. Cette accumulation à l'excès de tout et n'importe quoi qui peut altérer la qualité de la vie et devenir un trouble psychiatrique se nomme la syllogomanie ou syndrome de Diogène. C'est une pathologie inscrite au tableau des troubles mentaux. Le syndrome de Noé en est une variante où ce sont des animaux qui font l'objet de collections.

Et vous, connaissez-vous des syllogomanes ?

La Seringue.

 http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Articles-et-Dossiers/Les-collectionneurs-sont-ils-nevroses/4Une-accumulation-sans-fin

http://www.revmed.ch/rms/2012/RMS-339/Syllogomanie-symptomes-ou-syndrome-A-propos-d-un-cas-clinique