Racontez-nous une  Histoire !

Le 11 février 2016  s'est tenu à Paris la grande conférence de santé dont l'objectif avéré était de se réconcilier avec des médecins libéraux passablement contrariés par l’adoption en décembre en plein état d'urgence de la loi santé et du tiers payant généralisé.

Une centaine de représentants des principaux syndicats médicaux et para-médicaux assistaient à cette petite rencontre. Seuls les intéressés, à savoir les cinq syndicats des médecins libéraux ont boycotté l'événement et manquaient à l'appel.

On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre,  me direz-vous...

 

Endormez-Nous !

Voici quelques extraits de l'argumentaire de cette conférence au demeurant passionnante mais qui pourtant concerne peu les infirmiers libéraux que nous sommes :

"Le Gouvernement travaille pour et avec les médecins pour garantir l’attractivité des métiers de santé sur le long terme."

Le ton est donné d'emblée, nous allons donc bosser main dans la main avec nos dirigeants et ça va être Byzance, nous allons vous peaufiner un avenir radieux, attractif et perenne ! A bas le marasme, la crise, la grande dépression et le Krach qui nous guettent et vive la médecine de demain.

Sauf que nous, infirmiers de tous bords ne sommes pas concernés par ce grand élan de solidarité gouvernemental puisque l'on s'adresse aux médecins. En conclusion, nous en déduisons que les métiers de santé comprennent  les médecins et ...les médecins. Toutes les professions qui gravitent autour de ces professionnels ne sont donc que des satellites sans voix au chapitre. Ils manquent sans doute de maturité et de discernement pour objectiver une quelconque opinion.

Pourtant, selon le Code de la santé publique (CSP), les professions de la santé se décomposent en trois catégories :

 - Les professions médicales : médecins, sages-femmes et odontologistes (art. L4111-1 à L4163-10).

 - Les professions de la pharmacie : pharmaciens, préparateurs en pharmacie et en pharmacie hospitalière (art. 4211-1 à 4244-2) ;

- Les professions d’auxiliaires médicaux (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, ergothérapeutes et psychomotriciens, orthophonistes et orthoptistes, manipulateurs d’électroradiologie médicale et techniciens de laboratoire médical, audioprothésistes, opticiens-lunetiers, prothésistes et orthésistes, diététiciens), aides-soignants, auxiliaires de puériculture et ambulanciers (art. 4311-1 à 4394-3).

"Le Gouvernement a entendu les souhaits des professionnels de santé, et a construit des solutions avec eux, en reconnaissant leur très grande implication auprès des patients."

Alors, comment dire... nos souhaits auraient été entendus à l'insu de notre plein gré ? Nous vous aurions concocté, avec nos petites cervelles d'exécutants des solutions miracles à la débandade sanitaire qui s'annonce ? Soyons réalistes, nos grèves et nos revendications ne sont pas entendues alors nos souhaits...

"Il s’agit ensuite d’améliorer les conditions d’exercice des professionnels. La dynamique du Pacte Territoire-Santé présenté dès 2012 doit être amplifiée, en particulier pour ce qui concerne la protection sociale des médecins. Un congé maternité en bonne et due forme sera mis en place, pour les femmes médecins qui ne pratiquent pas de dépassement d’honoraires et ayant conclu un contrat d'accès aux soins. Cela représentera plus de 3 000 euros/mois pendant­ 3 mois (en plus de l’actuelle allocation forfaitaire). Une réflexion globale sur la protection sociale des professionnels de santé libéraux sera engagée.

Sur ce sujet épineux, rappelons que si vous êtes auxiliaire médicale, et, sous réserve de cesser votre activité professionnelle, vous bénéficierez de 16 semaines de congés de maternité pendant lesquelles vous aurez droit à des indemnités journalières, versées par la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) qui s’élèvent à un montant de 52.90 euros par jour en 2016.

Vous pourrez aussi prétendre à l'allocation forfaitaire de repos maternel versée sans condition de cessation d'activité.
Son montant est égal au montant du plafond mensuel de la sécurité sociale en vigueur, soit 3 218 euros au 1er janvier 2016 réglé en deux fois.

La grande conférence de santé de ce mois de février aura pris au final des allures d'opération séduction. Il y était surtout question d'appâter les médecins libéraux avec quelques carottes et des os à ronger. A vouloir prendre des vessies pour des lanternes, on finit par se retrouver seul dans le noir et ça n'a pas manqué puisque les médecins libéraux qui ne sont pas dupes figuraient parmi les grands absents de cette manifestation.

La Seringue.

 

http://www.gouvernement.fr/argumentaire/grande-conference-de-la-sante-3805

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/protection-sociale/professionnels-sante/qui-sont-professionnels-sante.html

http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/par-situation-personnelle/vous-allez-avoir-un-enfant/vous-etes-enceinte-votre-conge-maternite/vous-etes-praticienne-ou-auxiliaire-medicale.php