Séparés mais Egaux !

 L'année 1865 marque la fin de l'esclavage aux Etats-Unis. Le 13ème amendement de la Constitution américaine qui prend effet à la date du 18 décembre de la même année stipule que  «Ni esclavage, ni aucune forme de servitude involontaire ne pourront exister aux États-Unis, ni en aucun lieu soumis à leur juridiction». 

Dès les années 1880, les Etats du sud adoptent les lois Jim Crow qui légitimeront la ségrégation raciale et en feront un mode de vie jusque dans les années soixante. Cette période permettra à une société secrète nommée Ku Klux Klan d'agir avec violence pendant près d'un siècle dans la plus grande légitimité. Selon un rapport publié par l'Association nationale pour l'avancement des gens de couleur (NAACP) en 1919 intitulé "Trente ans de lynchage aux Etats-Unis: de 1889 à 1918" , 2.522 noirs américains ont été lynchés et pendus, brûlés vifs ou battus à mort, entre 1889 et 1918.

La doctrine "separate but iqual" (séparés mais égaux) permet de transgresser le 14ème amendement de la Constitution qui garantit une protection égale devant la loi à tous les citoyens.

Ainsi, les mariages interraciaux sont interdits, blancs et noirs sont séparés dans les transports, les écoles, les églises, les hôpitaux et les lieux publics. Les livres scolaires déjà utilisés ne peuvent être redistribués à la rentrée suivante que dans une école où les élèves ont la même couleur de peau que les premiers utilisateurs des manuels. Les noirs sont généralement interdits dans les restaurants, les salles de spectacles et les lieux de loisirs. S'ils sont tolérés, c'est toujours dans un endroit séparé du reste de la clientèle. Les familles noires et blanches ne peuvent pas vivre dans le même immeuble. Le propriétaire qui loue un appartement à des noirs dans un immeuble où résident des blancs est passible d’emprisonnement.

En 1903, l'Encyclopédia britannica définit le mot "nègre" en ces termes : "D'après les récentes conclusions quasi unanimes des anthropologues, cette race occupe la position la plus basse dans l'échelle de l'évolution..."

Les différentes mesures des lois de ségrégation raciale aux USA seront abolies grâce aux mouvements des droits civiques menés par les leaders noirs et soutenus par une partie de la population blanche nordiste.

 Ségrégation et Soins infirmiers !

2016020815560923872La ségrégation est aussi de rigueur dans les écoles d'infirmières et  les hôpitaux. Elle persistera d'ailleurs jusque dans les années 50. Ainsi, selon le principe "separate but equal", les noirs américains qui désirent devenir infirmiers doivent étudier dans des écoles pour les gens de couleur. Les hôpitaux qui leur sont destinés sont peu nombreux et souvent sous équipés par manque de financements. A chicago, il est interdit aux infirmières et aux médecins de race noire d'exercer leur profession jusqu'en 1891, date à laquelle fut fondé le "Provident Hospital", premier hôpital géré par des noirs. Faute de trouver des emplois par manque de structures qui les acceptent, les infirmières de race noire sont souvent contraintes d'occuper des postes de nourrices dans des familles blanches.

Le "Black Hospital Movement" naît de toutes ces restrictions imposées aux afro-américains. Des fonds issus de mécènes privés, d'organisations philanthropiques ou religieuses sont récoltés dans tout le pays afin d'ouvrir des cliniques privées, des hôpitaux et des écoles de soins infirmiers pour les gens de couleur. Ainsi, d'autres centres médicaux et des écoles ouvrent leurs portes dans les mêmes années comme le Tuskegee institute en 1892 en Alabama.

Malgré des siècles d'esclavage, la ségrégation, l'inégalité, les préjugés, malgré l'interdiction de l'accès dans les écoles d'infirmières pour les afro-américaines, certaines pionnières courageuses et déterminées ont réussi l'impossible et ont ainsi inscrit leurs noms dans l'histoire des Etats-Unis.  Sojourner Truth (1797-1883), esclave vendue avec un troupeau de moutons pour 100 dollars a soigné les blessés pendant la Guerre de Sécession. Harriet Tubman (1822-1913), Susie Baker King Taylor (1848-1912 étaient également infirmières pendant cette guerre civile.

Mary Elizabeth Mahoney (1845-1926), qui a terminé le programme de soins infirmiers du New England Hospital en 1905. A cette époque, une seule noire et une seule juive pouvaient s'inscrire par classe. Mahoney a reçu son diplôme après vingt ans de service à l'hôpital. Après ses études, Mahoney est devenu l'un des premiers membres noirs des Nurses associated alumnae of the United States, qui est devenue ensuite l'American Nurses Association (ANA). En 1908, frustrées par les inégalités de traitement au sein de l'association envers les membres de couleur , Mahoney, Ada B. Thoms (1870-1943) et Martha Franklin, RN (1870-1968), fondent The national association of colored graduate nurse (NACGN).

Jesse Sleet Scales, qui en 1900 est devenue la première infirmière noire de santé publique de l'Amérique. Formée à Chicago, elle déménage à New York après avoir tenté en vain pendant des mois de trouver un emploi. Elle est devenue une infirmière de district de la Charity Organization Society.

Mabel Keaton Staupers (1890-1989), originaire de la Barbade, est devenue citoyenne américaine en 1917 et a étudié à l'école de soins infirmiers de  l'Hôpital Freedmen's hospital à Washington. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle a dirigé une campagne pour intégrer les infirmières noires dans le Corps des infirmières de l'armée.

Mary Elizabeth Carnegie (1916-2008) est devenue la première infirmière noire élue au conseil d'administration d'une association de soins infirmiers de l'état de Virginie.

Eddie Bernice Johnson fut la première infirmière élue au Congrès des États-Unis en 1972.

Randolph Rasch fut le premier homme Afro-Américain à obtenir un doctorat en soins infirmiers  en1988.

le Mouvement des Hôpitaux noir à la fin du dix-neuvième siècle - See more at: http://www.encyclopediaofalabama.org/article/h-2410#sthash.c4h6Dhmw.dpuf

La ségrégation scolaire a été déclarée inconstitutionnelle par la Cour suprême des Etats-Unis en 1954. Les autres lois Jim Crow ont été abolies par le Civil Right Act de 1964.

La Seringue.

 

 

En Alabama, comme dans le reste de la ségrégation Jim Crow Sud, les Afro-Américains ont été empêchés de travailler ou d'être traité dans de nombreux hôpitaux. Ces restrictions ont engendré ce qui est devenu connu comme le Mouvement des Hôpitaux noir à la fin du dix-neuvième siècle. Au cours de la première moitié du XXe siècle, les organisations et les individus philanthropiques et confessionnelles ont travaillé pour établir des cliniques privées et les hôpitaux-ainsi que d'un certain nombre d'écoles-pour soins infirmiers Afro-Américains à travers le pays. En Alabama , plus de 25 hôpitaux noirs soutenus par la collectivité ont été établis, y compris Hale Infirmary de Montgomery et de l'Hôpital Sainte-Famille à Ensley. Ces hôpitaux autorisés médecins afro-américains d'exercer la médecine et de traiter les patients en milieu médical appropriés, et ils ont offert patients un répit dans le traitement souvent indigne qu'ils ont reçu dans les hôpitaux appartenant à des Blancs. L'introduction des soins de santé du gouvernement fédéral et de la législation des droits civiques fournissant des fonds et exiger l'intégration a finalement conduit à la disparition des hôpitaux noirs.
En 1892, Tuskegee Institute a ouvert le premier hôpital pour les Afro-Américains dans l'Alabama, l'Hôpital Tuskegee Institute et l'école de formation infirmière, pour fournir des soins pour le corps professoral et les étudiants de l'école et de former les infirmières noires. L'hôpital agrandi après le médecin John A. Kenney a été nommé directeur en 1902 et a commencé à servir la communauté afro-américaine environnante. Il a été rebaptisé l'Hôpital Memorial John A. Andrew, à la suite d'un don en l'honneur d'Andrew, qui était gouverneur du Massachusetts, et est devenu un centre pour la formation post-universitaire des médecins noirs dans le Sud profond.
Bien que la plupart des hôpitaux publics ont fait des provisions pour les patients-sur noir a distincts institutions de base-uns ont donné médecins noirs privilèges dans leurs installations. La quasi-totalité de ces hôpitaux étaient dirigés par des médecins blancs, et beaucoup résisté ajoutant les Afro-Américains à leur personnel, car ils étaient souvent en concurrence avec eux pour les patients. En outre, les patients noirs trouvent souvent eux-mêmes soumis à la discrimination des médecins blancs et les infirmières dans les hôpitaux publics et ont été séparés en quartiers sous-sol dans la plupart des installations. Même les hôpitaux publics qui répondaient principalement, voire exclusivement, aux patients noirs refusaient régulièrement pour permettre aux médecins noirs d'utiliser leurs installations.
- See more at: http://www.encyclopediaofalabama.org/article/h-2410#sthash.c4h6Dhmw.dp
http://www.aaregistry.org/historic_events/view/brink-extinction-black-hospital

Référence : The Encyclopedia of African-American Heritage par Susan Altman, droit d'auteur 1997, Facts on File, Inc. de New York
ISBN 0-8160-3289-0