Je suis, je suis, je suis...

Je suis une activité du quotidien que l'on pratique sur soi et sur les autres. Il existait des lieux publics qui m'étaient dédiés dans la Rome Antique. A la Renaissance, l'Eglise me condamne parce que je suis jugée indécente. Aux 19ème siècle, des espaces publics sont ouverts en mon honneur et je suis enseignée dans les écoles. L'urbanisation a participé à mon essor. En 2011, selon l'Insee, les français me consacrent une heure de leur temps chaque jour. 

Je suis aussi une tâche dévolue aux soignants qui concerne toutes les personnes dans l'incapacité de s'en occuper elles-mêmes. Je suis, je suis, je suis.... la toilette.

Quelques Minutes de  Pur Bonheur !

C'est la grogne au centre hospitalier de Saint-Nicolas-de-Port. Deux représentants du personnel ont chronométré en décembre 2014 le temps consacré à la toilette de chaque résident de cet établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes. Le résultat est terrifiant !  Les soignants, surchargés de travail ne peuvent accorder en moyenne que 6.37 minutes à chaque toilette.

Rappelons que les objectifs de la toilette sont bien évidemment l'hygiène mais aussi la communication verbale, non-verbale, la réhabilitation, la prévention des dégradations et le confort du patient.

Vous avez 6.37 minutes, top chrono !

L'Observatoire national de la fin de vie (ONFV) conclut dans son rapport de 2014 sur une étude qualitative auprès de résidents en Ehpad que "La fin de la vie des personnes âgées pourrait devenir un véritable naufrage social."

Les trois quarts des personnes âgées en établissements d'hébergements pour personnes âgées dépendantes n'ont pas choisi d'y vivre, 40 % d'entre elles souffrent de dépression.

Chacun s'accorde à dire aujourd'hui qu'il y a un manque cruel de personnel dans les établissements qui accueillent des personnes âgées dépendantes. Le manque de temps, de personnel, d'argent pousse les aides-soignants et les infirmiers à bout. Les taux d'absentéisme s'envolent, le stress y est quotidien et les pathologies liées aux troubles musculo-squelettiques (TMS) y sont légion.

Toutes les 40 minutes, une personne âgée meurt aux urgences, 13 000 chaque année, déplore l'observatoire national de la fin de vie. La simple présence d'une infirmière de nuit en Ehpad permettrait d'éviter 18 000 de ces hospitalisations par an. Une mesure parmi beaucoup d'autres qui manquent à la construction d'une véritable politique de fin de vie en France.

La bientraitance, le concept d'humanitude ont fait leurs preuves en matière d'amélioration des prises en charge des personnes âgées dépendantes mais leur mise en application nécessite des moyens en terme de personnels soignants qui sont incompressibles.

Et vous, que faites-vous en 6.37 minutes ?

6.37 minutes, c'est...

- Le temps que l'on passe sous sa couette quand le réveil a sonné et que l'on arrive pas à s'extraire de son lit parce qu'il fait - 12° degrés dehors, qu'il est cinq heures du matin et qu'il faut aller bosser...

- Le temps qu'il faut pour déneiger sa voiture toujours à cinq heures du matin, avec les mêmes températures polaires et surtout la même envie d'y aller que 6.37 minutes auparavant.

- Le temps qu'il faut pour boire son café, dans un demi-coma post-j'étais bien dans mon lit et j'en veux encore...

- Le temps qu'il faut pour faire sa toilette (on y arrive !) quand on est à la bourre parce que la couette, la neige et le coma, ça fait beaucoup pour une même journée...

- Le temps qu'il faut pour ...

La Seringue.

 

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1377#inter1

http://www.estrepublicain.fr/meurthe-et-moselle/2014/12/19/ehpad-6-37-pour-une-toilette

Étude qualitative a été menée auprès de 24 résidents d'Ehpad dans cinq établissements et auprès de 35 proches de résidents des mêmes établissements entre avril et septembre 2013 par l'Observatoire national de la fin de vie (ONFV)

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/21/01016-20140121ARTFIG00503-la-desesperance-des-seniors-en-maisons-de-retraite.php