Tous les ans, au mois de décembre, il se produit un miracle dont nous sommes tous les témoins plus ou moins conscients.  Il n'est point question ici de marcher sur les eaux, de changer l'eau en vin ou de ressusciter Lazare.

Non, le prodige auquel nous assistons chaque année à la même époque ne se rattache pas à la foi d'où qu'elle vienne. Il découle simplement d'un désir irrépressible de préparer comme il se doit les fêtes de fin d'année. Ce qui se traduit aujourd'hui par consommer à outrance afin de satisfaire des besoins créés de toute pièce par la publicité et les médias. Ainsi, il est de bon ton de se saigner aux quatre veines pour ne pas être "has been" et satisfaire aux diktats de la société dans laquelle nous vivons.

 

C'est pourquoi, certains de nos patients vont subitement être atteints d'oniomanie ou trouble lié à l'achat compulsif. Comme toute compulsion qui se respecte, Ils vont tout sacrifier à cette névrose naissante et oublier pendant quelques semaines leur statut de "malade" et par extension, les visites de leur infirmier.

Une énergie nouvelle habitent donc ces patients. Aux orties les maladies,  la fatigue,  le mal de vivre, les douleurs. Ils vont BIEN ! Dès que les boutiques sont ouvertes, l'appel de la caisse enregistreuse est ensorcelant et nul ne peut y résister. Vents et tempêtes, froid et brouillard, rien n'arrête la frénésie consumériste. Les pensées, les conversations sont essentiellement centrées sur ces évènements que sont Noël et la Saint Sylvestre.

La dépendance s'installe durant quelques semaines jusqu'à ce que la carte bleue rende l'âme après de bons et loyaux services. Après viendra le temps du sevrage...

Ces miracles, somme toute salutaires pour le moral, multiplient au fil des jours,  les portes closes, les téléphones sur messagerie, les retards, les désistements et générent souvent un laisser-aller quant à la prise en charge des diverses pathologies. L'oniomanie s'accompagne souvent d'un manque de respect vis à vis de l'autre.

Les diabétiques, les hypertendus, les obèses et consorts s'oublient  souvent dans des douceurs préjudiciables à leur santé pendant ces temps de fêtes. Il faudra d'ailleurs se battre d'arrache-pied pour retrouver un semblant d'équilibre après toutes ces libations. Le mois de janvier va être douloureux et difficile. Bonne fêtes de fin d'année à tous.

La Seringue.