63 millions d'amis !

La France comptait  63 millions d'amis à poils, plumes, nageoires ou écailles en 2013. On peut considérer qu'il y a un animal de compagnie par foyer dans notre pays. L'homme et le chien par exemple cohabitent depuis environ 15 000 ans. Les probabilités que vous rencontriez un animal de compagnie lors de vos tournées sont donc élevées. Attention phobiques, s'abstenir !

Vous n'en pouvez plus des cabots qui vous léchouillent de bon matin avec leur haleine de chacal, qui vous ruinent votre jolie robe avec leurs pattes pleines de boue ou qui simplement, vous amputent d'un mollet.

vous ne supportez plus de ramasser tant de poils de toutes sortes chez Pierre ou chez Paul que vous pourriez vous tricoter un pull  si vous n'y étiez pas allergique.

Vous auriez envie de passer à la casserole les perroquets ou mainates qui ont la prétention de baragouiner trois mots et qui vous insulte chaque jour à grand renfort de "connasse".

Vous en avez ras le bol de vous taper des frayeurs en côtoyant rats, serpents, iguanes et araignées nourries aux hormones. Vous êtes exaspéré de chuter sur des tortues terrestres et vous ne voulez même pas entendre parler des originaux qui s'acoquinent avec des lamas, autruches, furets ou sangliers.

Enfin bref, vous voudriez pouvoir bosser tranquille.

Les vertus thérapeutiques des animaux de compagnie

Et bien pourtant, sachez-le, posséder un animal de compagnie est plus que salutaire pour l'homme. Chez la personne âgée, cette relation privilégiée permet de vaincre la solitude et l'isolement. Elle donne aussi le sentiment d'être utile et contraint à un dynamisme dans un quotidien rythmé par les repas ou les balades avec son compagnon. Posséder un animal élève l'estime de soi et satisfait au besoin de s'occuper de l'autre, de prendre soin et d'avoir des responsabilités.

L'animal de compagnie serait donc une bonne thérapie contre l'apathie, le manque d'intérêt, la perte des répères, la solitude et la tristesse. D'autre part, leur présence stimule les émotions, encourage la communication et ralentit la perte d'autonomie.

Selon le docteur Didier Vernay, neurologue au CHU de Clermont-Ferrand et président de l’Association Française d'Information et de Recherche sur l'Animal de Compagnie (Afirac), « L’animal n’est pas un thérapeute, il n’est pas psychologue, encore moins psychanalyste. En revanche, il est assurément une béquille contre la phobie ou, dans un groupe humain, un élément de médiation qui peut permettre à certains individus de se révéler ».

En 2003, une étude menée en Chine, en Allemagne et en Australie et présentée par l’IAHAIO (International Association of Human-Animal Interaction Organizations) a abouti aux conclusions suivantes : les propriétaires d’animaux de compagnie seraient en meilleure santé que les non-propriétaires et fréquenteraient en conséquence beaucoup moins les salles d’attente des médecins. Ils se rendraient en moyenne de 15 à 20 % moins souvent chez leur médecin généraliste.

En france, il existe une association située à Paris nommée "Paroles de chien"  qui recrute et forme des maîtres bénévoles avec leur chien, pour réaliser des visites et des animations auprès de personnes âgées ou handicapées dans des hôpitaux, maisons de retraite et établissements spécialisés.

"Le jour où l'on comprendra qu'une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires" Boris Cyrulnik (psychiatre et psychanalyste français).

La Seringue.

 

Source :

http://parole-de-chien.com/

Facco/Tns Soffres , 2012

http://www.cairn.info/revue-etudes-sur-la-mort-2009-1-page-51.htm

http://www.facco.fr/bienfaits-de-l-animal-de-compagnie

http://animaux.blog.lemonde.fr/2013/06/05/des-humains-et-des-poissons-rouges-qui-sont-les-plus-nombreux-en-france/

http://www.iemt.ch/fr/lhomme-et-lanimal/les-personnes-agees-et-les-animaux/132-des-compagnons-pour-les-personnes-agees