103 393 infirmiers libéraux, et moi, et moi, et moi !

Nous étions au mois de septembre 2015 quelques 103 393 infirmiers libéraux à exercer en France. Autant dire 104 000 âmes qui pourraient si elles s'en donnaient la peine changer le cours de leur destin. Ce chiffre ne fait pas état des 5 431 infirmiers libéraux exerçant en Outre-Mer. Comme à l'accoutumée, on les a zappé du programme et ils n'existent pas !

En cette veille d'automne, la profession vient de se prendre une bombe sur la tronche signant ainsi sa condamnation et son arrêt de mort dans un avenir plus ou moins proche. La Cour des comptes a rendu son verdict le 15 septembre, les infirmiers libéraux sont trop dépensiers et coûtent un bras aux contribuables. La presse hexagonale s'est très vite fait le relais de ce rapport sous des titres aguicheurs et outranciers tels que "Sécurité sociale : des infirmiers et kinés trop nombreux et trop coûteux" pour Le Monde Santé ; "La Cour des comptes sermonne les kinés et les infirmières" pour La croix ; "Kinés et infirmiers dans le viseur de la Cour des comptes" pour Le Parisien dézinguant un peu plus la profession en jetant l'opprobre sur son intégrité et son utilité.

 

 

Nous sommes trop nombreux !

104 000 infirmiers libéraux pour environ 66 millions d'habitants, ce qui correspond à un infirmier pour 635 habitants tous âges confondus.

Parmi la population française, un peu plus de 12 millions d'habitants ont plus de 65 ans, ce qui équivaut à un infirmier libéral pour 115 personnes dans cette tranche d'âge. (source INSEE - janvier 2015).

En 2013, 9.7 millions de personnes du régime général bénéficiaient de l'éxonération du ticket modérateur au titre d'une affection de longue durée (ALD). (source ameli.fr)

La prévalence des maladies chroniques augmente régulièrement en raison de l’allongement de l’espérance de vie. À partir de 75 ans, la présence simultanée d’au moins deux maladies chroniques est très fréquente. Aux risques liés à la polypathologie, s’ajoutent ceux liés à la polymédication et à la multiplicité de prescripteurs. (source has-sante.fr)

Le chiffre de 104 000 infirmiers libéraux ne parait ni abusif, ni déraisonnable en regard de la situation démographique et sanitaire de ce pays.

A titre de comparaison, il est à noter que la France compte un peu plus de 140 000 policiers (source lefigaro.fr) et presque 100 000 gendarmes. (source gendarmerie.interieur.gouv.fr). Leurs dépenses de rémunération s'élevaient en 2011 à 14.5 milliards d'euros. Privilègerait-on la sécurité plutôt que la santé dans ce pays ?


Nous coûtons trop cher !

Selon le rapport de la Cour des comptes, la facture de remboursement des actes des infirmiers libéraux s'est élevée à 6.4 milliards d'euros environ pour l'année 2014.

Le salaire moyen annuel de l'infirmier libéral est donc de 61 538 euros Brut.

Rappelons un peu le coût de nos prestations qui atteignent des sommes vertigineuses, attention migraine assurée :

- un petit pansement qui ne mange pas de pain au propre comme au figuré : 6.30 euros
- une petite injection intra musculaire des familles : 3.15 euros
- une séance de soins infirmiers de 30 minutes révolues : 7.95 euros

N'oublions pas aussi que c'est la foire aux bonnes affaires toute l'année chez nous puisque le deuxième acte est facturé à la moitié de son prix initial, le troisième est gratuit et les suivants aussi.

Pour rappel, essayons de nous souvenir, petit flash back en 2009. A cette époque, la France tremble à  l'idée de se retaper une épidémie de grippe espagnole version H1N1. La ministre de la Santé de l'époque commande illico presto 94 millions de vaccins pour lutter contre la pandémie  qui au final s'avère moins grave que prévue. Bilan des courses, une ardoise de 400 millions d'euros  pour l'achat et la destruction des doses qui nous sont restées sur les bras et furent incinérées. Qui parle de gâchis ? (source lexpress.fr)

Mobilisons-nous !


La demande de mobilisation générale semble avoir peine à trouver écho auprès des infirmiers libéraux. L'appel à la grève du 1er octobre dernier en est la preuve criante. Trop isolés, trop impliqués dans nos vies professionnelles et personnelles, nous avons des difficultés à avoir une réflexion collective, à nous rassembler.

Notre bateau est en train de couler gentiment et il serait dommage de ne pas mettre tous les mains à la pâte pour essayer de colmater les brèches. 104 000 voix à l'unisson qui manifestent pour le même combat car au final, nous avons toutes et tous les mêmes préoccupations.

Peut-être avons-nous besoin aujourd'hui plus que jamais d'un leader charismatique qui nous emmène dans ce voyage. Ce qui est certain, c'est que la présence de chacun est indispensable pour faire front et que toutes les idées sont les bienvenues.

La Seringue.