Les Brebis galeuses !

Comme dans toutes professions qui se respectent, il y a celles et parfois ceux par qui les scandales arrivent. On parle bien évidemment des personnes qui sont prêtes à vous décapiter en place publique sans aucun scrupule pour faire leur trou.

On citera donc les individus qui s'apparentent à des truands malhonnêtes, des bandits de grands chemins, des mafieux sans envergure, des pestes notoires. Ceux qui, par exemple, ne vous payent pas vos rétrocessions, ceux qui ne respectent pas leurs contrats de remplacements ou de collaborations, ceux qui vous plantent en pleine tournée.

Dans le club des fripouilles et des ordures, on peut ajouter aussi les créatures qui colportent des rumeurs à votre sujet, celles qui vous ruinent une réputation avec trois petites phrases assassines, celles qui se nourrissent de quand-dira-t-on et d'on-dit, celles qui se feraient un plaisir de vous écorcher vif si elles le pouvaient.

La méchanceté, la malveillance et la malhonnêteté étant des vertus assez bien partagées sur cette terre, on peut affirmer que la profession d'infirmier n'est pas épargnée par ces fléaux qui détruisent parfois des vies. Les récits de ces mésaventures sont même récurrents un peu partout sur la toile.

Anatomie d'une garce

Qu'on se le dise, la garce de base n'a aucune morale, elle est là pour se faire de la tune et elle n'hésitera pas au passage à manger sur le dos de ses congénères. Aucun signe distinctif ne la démarque de ses semblables, il est donc difficile de la reconnaître hormis peut-être cette petite lueur au fond des yeux qui met votre instinct en alerte. Un conseil, écoutez-le et fuyez si vous le pouvez.

La garce de base est capable de tout et franchit souvent les limites de la légalité. Elle peut, par exemple, vous désintégrer votre bagnole à coups de bistouri ou en crever les pneus si vous traînez dans son secteur. Elle vous désosse votre boîte aux lettres pour détruire votre courrier après l'avoir lu bien sûr. Elle fait preuve de facultés assez extraordinaires pour colporter des ragots ou envoyer des lettres anonymes chargées de menaces. Si besoin, elle peut faire appel à un marabout pour vous jeter le mauvais oeil. Ce qu'elle veut, c'est tout simplement que vous disparaissiez de son paysage, que vous lui fassiez de l'air  !

La garce de base est aussi méchante que malhonnête, elle n'hésitera pas à vous demander des taux d'usure en matière de rétrocessions d'honoraires. On atteint quelquefois les 30 % et il existe même des cas où elle  décide  simplement de ne pas vous rémunérer. A la foire aux garces, pas de pitié pour les nonnes, les connes et les pigeonnes, toute concurrence est un ennemi potentiel à exterminer !

La garce est à elle seule la peste et le choléra d'une profession que l'on finit par caractériser comme  frauduleuse et malhonnête. Elle fait de nous des harpies qui se dévorent entre elles alors que la cohésion serait bien nécessaire pour retrouver une quelconque crédibilité...

La Seringue.