Quand les Poires se Rebiffent !

Y'en a marre ! Qu'on se le dise, l'infirmière libérale n'est pas une gentille fifille à qui l'on peut demander tout et n'importe quoi ! Ce n'est pas non plus une nunuche qui va chercher le pain. Elle ne fait pas la vaisselle pas plus qu'elle ne sert les repas. Elle ne fait pas office de dame de compagnie. Y'en a ras la casquette de cette image d'Epinal d'un autre siècle qui leur colle à la peau. Ras le bol de ce cliché suranné qui fait d'elle une pauvre poire dénuée de personnalité, taillable et corvéable à merci. Sachez-le une bonne fois pour toutes, les petits plus qu'elle fait pour vous, elle les fait parce qu'elle en a envie et considérez que ce n'est absolument pas un dû.

La gentillesse aujourd'hui, c'est démodé, ça ne paye plus, c'est "has been" !  Est considérée comme une personne manquant de caractère et de personnalité tout individu que l'on reconnait comme étant "gentil", autant dire, presque simple d'esprit.

Soyons clairs,  pour se faire entendre à présent, il faut être "bad", il faut être affreux, sale et méchant et ne pas transiger, avoir une main de fer dans un gant de velours et faire la nique à la nonne qui sommeille en nous.

 

Code Infirmier du Respect et du Savoir Vivre

Pour dire stop, encore faut-il vouloir s'affirmer ! Et pour s'affirmer, quoi de plus efficace que quelques recommandations. Il pourrait s'agir d'une sorte de règlement ou de code de bonne conduite, propre à toute collaboration entre un infirmier et son patient. Une charte que l'on signerait dans laquelle seraient spécifiées en toutes lettres les règles de base à observer pour que le contrat entre les deux protagonistes se passe le mieux possible.

1) L'infirmier et le patient se doivent respect mutuel, ce qui implique courtoisie, politesse et tact.(On se dit donc bonjour, bonsoir, merci et on emploie un vocabulaire châtié lorsque l'on communique).

2) L'infirmier se doit d'informer son patient lorsqu'il a du retard. Le patient comme son nom l'indique se doit d'être en mesure de patienter, un contre-temps inopiné étant toujours possible. Il doit informer son infirmier lorsqu'il s'absente.(Encore une fois, il s'agit simplement de courtoisie, on prévient l'autre, on s'explique et on se comprend. L'infirmier a parfois des imprévus et le patient a lui aussi une vie).

3) L'infirmier travaille sur prescription médicale et n'est donc pas habilité à rendre des services à la personne. Ce qui concerne les repas, les tâches ménagères, les courses ne fait pas partie de ses attributions. (voilà, c'est clair, on ne va pas à la boulangerie pas plus qu'on n'ouvre les volets ou que l'on nourrit le chien...)

4) L'infirmier pourra, selon son bon vouloir et dans la mesure où il en informe le patient, se faire remplacer par la personne de son choix. Les accords conclus entre l'infirmier et la personne qui le remplace sont professionnels et répondent à des critères précis de qualité même si les pratiques sont parfois différentes. Les dispositions de cette charte sont les mêmes pour l'infirmier remplaçant ou le collaborateur. Le patient accepte d'intégrer l'infirmier remplaçant ou le collaborateur dans les soins dont il a besoin.(Ce qui devrait permettre d'alléger un peu le fardeau des remplaçants qui sont souvent critiqués et honnis par les patients).

5) L'infirmier est joignable 24h00/24h00 dans le cadre de la continuité des soins. Le patient s'engage à user de cette astreinte dans le cadre unique de l'urgence. (Cela devrait éviter les appels intempestifs à trois heures du matin suite à un cauchemar par exemple !).

6) L'infirmier et le patient s'engagent à maintenir une entente cordiale dans leur relation. Dans le cas contraire, le patient peut à tout moment donner son congé à l'infirmier. L'infirmier quant à lui, peut se séparer de son patient sous conditions (lettre recommandée au médecin traitant stipulant l'arrêt de la prise en charge, remise de la liste complète des infirmiers exerçant dans le secteur au patient). Infirmier et patient peuvent décider d'un commun accord d'un préavis avant l'arrêt des soins. (Au moins, les choses sont claires, si l'on en vient à se détester, on a le mode d'emploi validé par les deux parties).

Le champ reste ouvert pour d'autres propositions...

La Seringue.