Petites Boîtes toutes Pareilles !

Allez, soyons fous, nous allons ce jour passer en revue le contenu de notre boîte à maux. Cette petite valise virtuelle avec laquelle nous nous baladons et qui parfois, tel un torrent en pleine mousson ne cesse de gonfler au fil du temps qui passe. Donc, aujourd'hui, c'est opération poussière et ménage. Pour ceux qui n'auraient pas compris : à vos plumeaux, balais et chiffons doux, ça va décaper !

Nous découvrons dans cette boîte à tout, rangés pêle-mêle au milieu des sparadraps, bandages, paracétamol et paire de ciseaux, nos petits bobos du quotidien, nos tracas, nos tuiles, nos soucis, nos mésaventures, nos accidents. Toutes ces choses que nous trainons avec nous comme une batterie de vieilles casseroles à l'arrière du véhicule des jeunes mariés en partance pour un voyage de noces.

Les impondérables

Les impondérables, ce sont tous ces petits incidents de parcours qui vous annoncent que votre journée commencent définitivement mal, plus crûment dit: journée de Merde !

Les impondérables par définition ne s'annoncent pas ou alors au mauvais moment. Ce sont, par exemple, et de façon récurrente pour les filles, les ragnagnas qui débarquent sans crier gare  avec du retard ou de l'avance. Ce jour là, bien sûr, le hasard veut que  vous ayez fait le choix de mettre un  pantalon blanc et manque de bol,  vous n'êtes absolument pas équipées pour les grandes inondations. Ne souriez pas les garçons, vous n'êtes pas forcément épargnés par l'imprévu, la gastro est plus qu'équitable et ne fait pas de jaloux, je le rappelle et je ne parle même pas des prostates capricieuses pour les plus âgés d'entre vous !

Les impondérables, ce sont aussi tous les gentils "Médor" qui vous ont un jour amputé de la moitié de votre mollet gauche, les marches d'escaliers que vous avez bêtement ratées vous gratifiant au passage d'une magnifique entorse, le poteau que vous avez embrassé car trop occupé au téléphone, les pneus crevés de vos voitures, les pannes sèches (Eh oui, c'est du vécu !), les intempéries qui vous paralysent pendant des heures, votre gamin qui a 40° C de fièvre et qui bien évidemment, est resté seul à la maison...

Les impondérables sont là pour vous rappeler que vous pouvez être d'une humeur massacrante et que vous êtes capable d'occire tout être vivant qui se mettrait en travers de votre route. Traduction : vous êtes un sociopathe et ça va chier des bulles, planquez vos poussettes et rangez mémé sur le bas côté,  l'infirmier est un brin énervé !

Les tuiles

Les tuiles, ce sont les gros coups durs que nous avons à affronter. Il peut s'agir d'un accident, d'une maladie, d'un deuil, d'une séparation. Ce sont les stigmates de nos vies, les cicatrices que nous portons en nous et qui, quelquefois, ne se referment jamais.

Les tuiles, ce sont tous ces incidents de parcours qui nous obligent parfois à interrompre notre activité, qui peuvent nous conduire vers le handicap avec toutes les difficultés liées à ce statut (incapacité temporaire ou définitive d'exercer, reconnaissance du handicap, non reconnaissance de la maladie professionnelle, prise en charge financière...)

Les tuiles, ce sont tous ces évènements qui font que nous aurons à nous reconstruire, que nous ne serons plus jamais ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre.

Dans cette valise se trouvent aussi nos sentiments, nos regrets, un peu d'amertume, quelques pépins, de la colère, du chagrin ou de la nostalgie pour les jours de pluie. Nous la transportons partout et elle nous accompagne toute notre vie. La valise à maux ne restent jamais vide bien longtemps. Elle est souvent lourde à porter. Il est parfois nécessaire de la ranger, de trier son contenu. Se séparer de l'inutile, alléger ses pas et poursuivre sa route délesté du poids des maux qui nous encombrent, et puis, à l'horizon, voir le soleil se lever... Demain est un autre jour !

La Seringue.