Etre acteur

"Etre acteur" de sa société ou l'agir social est la manifestation de l'implication des individus dans cette même société. Les individus sont des êtres historiquement et socialement contraints notamment par l'ordre social (institutions, traditions, organisations, routines) mais ces individus changent par leur action leur rapport à cette contrainte.

Par les actions que les individus mènent, ceux-ci se placent comme acteur social dans leur société mais ils sont aussi acteurs de leur vie et de leur santé. Devenir acteur et non spectateur est essentiel, cela les responsabilise face à leurs comportements et à leurs impacts. En devenant acteurs, ils deviennent aussi des citoyens responsables et ne sont plus seulement des simples consommateurs dépendants.

 

 

Etre Responsable

L'adjectif "Responsable" vient du latin "responsum" de "respondere" qui signifie "se porter garant" et signifie selon le Larousse : "Qui doit répondre de ses actes ou de ceux des personnes dont il a la charge, qui est réfléchi, qui pèse les conséquences de ses actes mais aussi qui a la charge d'une fonction, qui a un pouvoir décisionnaire".

La notion de responsabilité nait donc de l'action. Frédéric Bastiat, économiste français du 19ème siècle,  en donnait cette définition : "la responsabilité, c'est l'enchaînement naturel qui existe, relativement à l'être agissant, entre l'acte et ses conséquences. Les deux valeurs libérales que sont liberté et propriété sont inséparables de la responsabilité". Chaque individu est responsable à l'égard des autres des conséquences de ses actions, bonnes ou mauvaises (quand elles lèsent autrui dans ses droits ou dans sa propriété), que ces actions soient volontaires ou non (la négligence n'élude pas la responsabilité).

 

Veut-on réellement que nous soyons Responsables ?

Il ne se passe pas un jour sans que l'on nous parle de Responsabilité, nous devons devenir des citoyens responsables, nous devons être acteur de notre société et blablabla... Cependant, les progrès du monde sont essentielle­ment technologiques. Technologie qui transforme l'individu et déshumanise la société en l'orientant vers les biens matériels. Notre dépendance est essentiellement liée à notre confort et le quantitatif a remplacé le qualitatif. Cette déshumanisation due à la perte du qualitatif déres­ponsabilise l’individu de son impact individuel sur son environnement et l'isole dans le collectif auquel il délègue la responsabilité et l’initiative.

La prédominence de la technologie dans la société oriente l'individu vers le pratique et le matériel au dépens du développement des mentalités. Les médias encouragent l’isolement des individus et l’uni­formisation des comportements et des pensées.

A terme, l’individu va perdre son autonomie, les repères pour le guider comme les valeurs personnelles ou l'éthique ayant disparus. La prépondérance du quantitatif fait  perdre leur liberté aux citoyens en leur faisant perdre leurs moyens d’apprécia­tion et de jugement de leurs comportements.

 

L'infantilisation

Il y a des tas de domaines nous concernant personnellement où nous n'avons plus d'implications réelles en dehors de leur validation. Nous ne remplissons plus nos chèques, nos déclarations d'impôt sont préremplies, nous sortons de la pharmacie sans factures et sans même savoir la somme que nous avons dépensée. Nous avons des dizaines voire parfois des milliers d'amis sur la toile que nous n'avons même jamais vu, nous conversons avec des plateformes téléphoniques qui nous invite à taper # ou *, nous possédons des objets connectés qui nous assistent mais nous rendent incapables (Qui peut encore lire une carte IGN de nos jours ?). Internet nous offre des possibilités infinies dans le domaine du savoir, nous devrions tous avoir des QI supérieur à 130 si nous savions nous en servir. Chaque question que l'on se pose a maintenant une réponse immédiate, il est loin le temps de l'enfance où nous devions chercher dans le dictionnaire un semblant de réponse à nos interrogations. Combien d'entre nous, enfants, avons eu des milliers de questions qui sont restées en suspens ? Et pourtant, aujourd'hui, la France souffre d'illetrisme et cela concerne 7 % de la population adulte âgée de 18 à 65 ans ayant été scolarisée soit 2.5 millions de personnes.

l’infantilisation du citoyen nous éloigne des préceptes d’Aristote où "chaque citoyen est capable de gouverner et d'être gouverné".L’infantilisation de la société est donc une forme d'asservissement de l'homme. Au-delà delà d’être liberticide, cela va à l’encontre de la démocratie et peut être une forme de totalitarisme moderne.

 

 La Seringue.