Selon l'INSEE, 811 510 bébés sont nés en 2013 dans l'Hexagone. Avec deux enfants par femme, la France est, avec l'Irlande, le pays le plus fécond d'Europe.

la Sécurité Sociale, dans son rapport de septembre 2014 pointe du doigt les dépenses de santé de la branche maternité.Il y serait question que l'Assurance Maternité fusionne avec l'Assurance Maladie afin d'intégrer totalement à l'Objectif National des Dépenses d'Assurance Maladie (ONDAM). Le total des dépenses de l'Assurance Maternité tous régimes s'est élevé à 7.3 milliards d'euros en 2013 dont 6,8 Milliards d'€uros pour le seul régime général, qui représente à lui seul près de 93 % du total. Sur ce total, les prestations en espèces atteignaient 3,3 Milliards d'€uros soit 45 % de la dépense, les soins en établissements de santé publics et privés 3 Milliards d'€uros soit 41 % de la dépense et les soins de ville 1 Milliard d'€uros soit 14 % du total.

La Branche Maternité :

Les prestations d'assurance maternité et paternité sont attribuées par les caisses primaires d'assurance maladie (CPAM) pour la métropole et les caisses générales de sécurité sociale (CGSS) dans les départements d'outre-mer.

L'assurance maternité et paternité assure la prise en charge des frais liés à la grossesse et à l'accouchement ainsi que le service des prestations en espèces lors du repos pré- et postnatal de la mère, du congé d'adoption de la mère et/ou du père et du congé de paternité du père.

 En résumé : Dès le début de sa grossesse, la femme enceinte fait l’objet d’un suivi régulier. Tous les soins liés à son état de future maman sont remboursés et le congé maternité est sous certaines conditions rémunéré. Élément déclencheur de toutes ces prestations : la déclaration de grossesse que la femme enceinte, quel que soit son régime d’assurance-maladie, effectue auprès de sa caisse. Du 1er au 5e mois de grossesse, les frais médicaux (hors examens obligatoires) sont remboursés aux tarifs habituels. A compter du 6e mois, tous les frais médicaux remboursables sont pris en charge à 100 %, et ce, jusqu’au 12ème jour suivant l’accouchement.

PRADO : PRogramme d'Accompagnement du Retour à DOmicile :

Le projet PRADO est un programme d'accompagnement du retour à domicile pour les patientes qui ont accouché à la maternité.Les nouvelles mamans peuvent ainsi bénéficier de deux visites d'une sage femme à domicile 24 heures et 48 heures après leur sortie de maternité. Cette offre de soins s'inscrit dans un projet global de service dont l'objectif est de garantir une prise en charge optimale, de réduire le temps d'hospitalisation et de faire des économies (500 €uros par accouchement, soit de 950 Millions d’Euros)

Débutée en décembre 2010 et développée de manière plus élargie depuis juin 2011, cette expérimentation PRADO, pilotée par la CNAMTS, repose sur l’intervention d’un conseiller de l'assurance maladie (personnel administratif)  qui rend visite à la mère à la maternité le lendemain de son accouchement pour présenter le dispositif et recueillir son éventuelle adhésion. Le conseiller convient avec elle d'un rendez-vous avec une sage-femme (choisie par la mère) pour deux visites au domicile. La première visite a normalement lieu dans les 48h suivant la sortie de maternité (et au plus tard dans la semaine) et la deuxième visite est recommandée et planifiée selon l’appréciation de la sage-femme assurant le suivi.

Plus de la moitié (55 %) de la progression des dépenses remboursées de soins de ville (1 milliard d'euros) est imputable aux honoraires des sages-femmes, en forte progression (+135 % depuis 2005, passant de 75 à 176 Millions d'€uros, avec une accélération en 2013 : +16 %), en raison de la hausse très importante du nombre d’actes remboursés et, depuis 2012, de la revalorisation tarifaire alors intervenue, dans un contexte marqué par une augmentation rapide des effectifs des sages-femmes installées en libéral.

En 2013, pour 130 000 bénéficiaires, le coût total du programme est estimé à environ 16,5 Millions d'€uros dont 13 Millions d'€uros au titre des honoraires de sages-femmes, ce qui a contribué à la hausse importante de ces derniers soit 107 € par bénéficiaire (deux visites de sage-femme à 44,80 €, plus des frais de déplacement).

 Les Plus :

- Temps d'hospitalisation raccourci (le temps de séjour passe de 4.2 à 3 jours)

- Environ 40 % des accouchées sont heureuses de rentrer chez elles plus tôt

- Risques d'infections nosocomiales moindres

- La sage femme rencontre la mère dans son environnement et peut évaluer les éventuelles difficultés.

- Les bénéficiaires du programme sont plus nombreuses à réaliser la rééducation post-natale

Les bénéficiaires du service sont également plus nombreuses à réaliser la rééducation post-natale - See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2013/10/22/comment-la-secu-veut-deshospitaliser-les-patients_226491#sthash.6zmap2Mk.dpuf
Les bénéficiaires du service sont également plus nombreuses à réaliser la rééducation post-natale - See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2013/10/22/comment-la-secu-veut-deshospitaliser-les-patients_226491#sthash.6zmap2Mk.dpuf
Les bénéficiaires du service sont également plus nombreuses à réaliser la rééducation post-natale - See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2013/10/22/comment-la-secu-veut-deshospitaliser-les-patients_226491#sthash.6zmap2Mk.dpu
Les bénéficiaires du service sont également plus nombreuses à réaliser la rééducation post-natale - See more at: http://www.legeneraliste.fr/actualites/article/2013/10/22/comment-la-secu-veut-deshospitaliser-les-patients_226491#sthash.6zmap2Mk.dpuf

Les Moins :

- Questionnement sur le secret professionnel et la place d'un agent administratif de la CPAM au chevet des mères pouvant être inclues dans le programme PRADO

- Les femmes sont encore épuisées 48 heures après l'accouchement et la montée de lait n'a souvent pas encore eu lieu

- Les problèmes de lien mère/enfant, baby blues qui pouvaient être dépistés à la maternité

- La problèmatique du dépistage de l'ictère qui survient le plus souvent au troisième jour de naissance, des risques d'infections néonatales retardées. 

 - La non-concertation de la CNAM avec les différents partenaires médicaux, le programme ayant été dévoilé deux mois seulement avant son application, faisant fi des programmes déjà existants (Protection Maternelle Infantile, réseaux de santé en périnatalité, établissements de santé, infirmiers libéraux).

La CNAM indique que d’autres nouvelles prestations en périnatalité pourraient être proposées aux familles (comme l’intervention de Techniciennes d’Intervention Sociale et Familiale).

 La Seringue.